jeudi , 14 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Hôpital du premier novembre d’Oran « EHUO »</span>:<br><span style='color:red;'>101 interventions du cancer du sein effectuées</span>

Hôpital du premier novembre d’Oran « EHUO »:
101 interventions du cancer du sein effectuées

Selon des sources de la direction de l’hôpital du premier novembre EHU, le nombre de personnes opérées du cancer au cours des neuf premier mois de cette année, s’élèveraient à 101 interventions chirurgicales.

Alors que l’on compte également 269 malades évacués d’autres wilayas qui ont été pris en charge au niveau de l’EHU d’Oran pour une opération de néoplasie du sein. Sachant que le cancer du sein est considéré comme le cancer numéro un qui frappe les femmes, et pour lequel aucune prévention n’existe tel qu’expliqué par le professeur chafi du service de la gynécologie obstétrique de l’EHU d’Oran.
«C’est pour cette raison que nous insistons pour un dépistage précoce, la seule alternative qui nous permet une prise en charge et de donner des chances de vie, aux malades, plus importantes. Sachant que suite à l’intervention chirurgicale, la prise en charge en chimiothérapie et radiothérapie s’imposent. Des progrès ont été enregistrés en matière de traitement du cancer du sein, mais pas en matière de prévention et de sensibilisation», a-t-il souligné, faisant savoir que «plus de 80 % des femmes atteintes du cancer du sein arrivent à l’hôpital dans un stade plus en moins avancé, où même les traitements les plus révolutionnaires ne pourront rien faire. Un programme de dépistage du cancer du sein plus efficace doit être établi, à l’instar du programme de dépistage du cancer du col de l’Utérus qui a prouvé son efficacité.
En effet le cancer du sein en Algérie, première cause de mortalité chez les femmes de plus de 40 ans, constitue «un vrai problème de santé publique pour lequel les différents plans et stratégies anti cancer mis en place n’ont pas montré leur efficacité en raison du manque de sensibilisation, tout comme il a été démontré que le taux d’incidence est en augmentation constante. Car souvent, cette prise en charge de malades, se trouve confrontée à des ruptures de stock de traitements ou encore de pannes de matériels de radiothérapie, ce que confrontent les malades en ce moment.
Les rendez-vous sont tellement éloignés qu’il n’est pas surprenant de voir dans bien des cas, les malades décéder avant même de bénéficier de telle prise en charge. Un manque flagrant est enregistré à tous les niveaux. D’où l’importance d’une révision globale de la prise en charge des malades souffrant de cancer. Car outre la lourdeur de cette pathologie, certains malades atteints du cancer ont du mal à accepter la maladie, ce qui nécessite parallèlement une prise en charge psychologique et qui n’est pas des plus faciles.