jeudi , 21 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Diabète gestationnel </span>:<br><span style='color:red;'>150 femmes prises en charge annuellement au CHU d’Oran</span>

Diabète gestationnel :
150 femmes prises en charge annuellement au CHU d’Oran

Une moyenne de 150 femmes enceintes présentant un  diabète gestationnel sont prises en charge annuellement à la clinique Larribère, relevant du CHU d’Oran et spécialisée en endocrinologie et  diabétologie, a indiqué à l’APS, le Dr Merad, responsable de l’unité  diabète gestationnel au niveau de l’établissement.

Apparaissant ou découvert durant la grossesse, le diabète gestationnel  peut dans certains cas entraîner des complications aussi bien pour la mère  que pour l’enfant.
Son dépistage en début de grossesse est important pour  une prise en charge «correcte», a souligné le spécialiste, qui prépare sa  thèse de professorat sur ce type de diabète. Des femmes souffrant de diabète gestationnel arrivent dans la clinique au  cours du troisième trimestre, a souligné le docteur, ajoutant qu’une prise  en charge efficace, même de protéger la maman et le bébé, doit commencer  depuis les premières semaines de la grossesse. Pour remédier à cette situation, il est impératif de généraliser l’analyse  du taux de glycémie en début de grossesse. Le diabète pourra ainsi être  dépisté au cours des premières semaines, a-t-il souligné, appelant les  médecins et les gynécologues à encourager leurs patientes à faire cette  analyse. Une femme prise en charge qui réussi à équilibrer son diabète au cours de  la grossesse, a les mêmes chances qu’une femme non diabétique, avec moins  de risques de malformation et d’avortement et même pendant l’accouchement,  a-t-il encore relevé.