mercredi , 13 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>En baisse par rapport aux années précédentes </span>:<br><span style='color:red;'>230 malades transférés pour des soins à l’étranger en 2018</span>
© Illustration

En baisse par rapport aux années précédentes :
230 malades transférés pour des soins à l’étranger en 2018

Plus de 230 malades ont été transférés pour des soins à l“étranger en 2018, dans le cadre de conventions entre la Caisse de la sécurité sociale et des établissements hospitaliers étrangers.

«Le nombre de patients transférés pour des soins à l`étranger, toutes pathologies confondues, a été de 233 malades, en 2018, alors qu’il s’élevait à 8.000 durant les années 90», a précisé le président de la commission, le Pr. Rachid Bougherbal, lors d’une rencontre consacrée à la prise en charge des pathologies cardiaques et cardiovasculaires. De son côté, le chef de département des prestations à la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS), Mounir Bougrine, a fait savoir qu’une politique de réduction des transferts pour soins à l’étranger est «actuellement mise en œuvre», tout en intensifiant la prise en charge, au plan national, des maladies pourvoyeuses de transferts, parmi lesquelles les cardiopathies.
Le même responsable a indiqué, dans ce sens, que des conventions ont été conclues entre la CNAS et des structures privées de soins qui disposent de capacités techniques nécessaires pour la prise en charge, notamment des malades porteurs de pathologies cardiaques. L’objectif, a-t-il expliqué, étant «l’amélioration de l’accessibilité aux soins aux assurés sociaux et leurs ayants droits, la promotion de la qualité des soins ainsi qu’une meilleure maîtrise de la dépense et des coûts».
A ce propos, M. Bougrine a fait remarquer que, durant l’année précédente, 10.660 patients atteints de pathologies cardiaques avaient bénéficié d’une prise en charge médicale dans des cliniques privées conventionnées spécialisées, avec une dépense de la CNAS évaluée à 4 milliards de dinars.
Il a souligné que durant la période s’étalant entre 2009 et 2018, plus de 74.600 personnes souffrant des mêmes maladies, ont été prises en charge dans les mêmes cliniques, au nombre de 25, avec une dépense de la CNAS estimée à plus de 27,7 milliards de dinars.
Par ailleurs, le directeur général adjoint de la CNAS, Mahieddine Ouaguenouni, a relevé que durant le premier trimestre de l’année en cours, les dépenses de la Caisse pour la prise en charge des malades en matière de chirurgie cardiaque au niveau des cliniques privées conventionnées, ont dépassé 1 milliard de dinars, ajoutant que le transfert des malades pour des soins à l’étranger, notamment pour cette pathologie, a baissé de «plus de 90 %».
Noreddine Oumessaoud