jeudi , 23 janvier 2020
<span style='text-decoration: underline;'>En visite à Oran, le DG des Douanes révèle</span>:<br><span style='color:red;'>400 opérations frauduleuses de surfacturation</span>

En visite à Oran, le DG des Douanes révèle:
400 opérations frauduleuses de surfacturation

Interpellé par Ouest Tribune sur le rôle de l’institution douanière dans la reconversion de l’économie à l’ombre de la crise financière et la restriction budgétaire que connaît le pays, le directeur général a tenu à mettre en exergue le rôle central de son institution dans la protection de l’économie nationale et les immenses efforts déployés, fournissant les actions diligentées en 2016 comme le recouvrement fiscal de 1000 milliards de dinars et celui des amendes non payées qui s’élève lui, à quelque 11 milliards de dinars.

Le stockage et l’abandon des conteneurs pleins de marchandises, constitue un manque à gagner important d’où la révision du mode de la vente aux enchères, dira-t-il. Non seulement, il s’agit d’activer mais de procéder à des opérations regroupant plusieurs régions pour une vente globale qui a engrangé des montants importants pour le Trésor public. Il citera également, la fraude dans les importations comme la surfacturation qui demeure le grand problème à résoudre. Des accords sont en négociation avec la Chine qui caracole au palmarès des relations commerciales avec 50% des opérations d’importation. Des annuaires européens et américains sont consultés et payés en devises pour être à jour sur les prix des produits importés car, à ce jour, 400 à 500 litiges sont au niveau des tribunaux.
Questionné à propos de malversations et des cas de corruption dans certains ports et aéroports, Kaddour Bentahar n’hésitera pas, dans un franc parler, à révéler que dans 4 sessions de la commission paritaire de discipline et sur une centaine de dossiers, 10 cas de corruption ont fait l’objet de poursuites judiciaires.
Par ailleurs, il est à signaler que l’ordre du jour de son déplacement, comprenait également la visite des inspections principales de passage de voyageurs et de dédouanement des véhicules et là, c’est des consignes strictes qu’ont reçues les officiers chargés de ces services. Il leur ordonna, notamment, de ne pas dépasser la demi-heure dans le traitement des passagers et des véhicules quant au contrôle. Il faut signaler que le traitement s’effectue à bord même des navires et qu’en plus du couloir vert réservé aux nationaux résidant à l’étranger, un autre de couleur rouge est, lui consacré, exclusivement aux personnes à mobilité réduite comme les personnes âgées ou encore les handicapés.

Hakim Ghali