dimanche , 15 décembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>CHU d’Oran </span>:<br><span style='color:red;'>630 AVC recensés en 10 mois</span>
© Illustration

CHU d’Oran :
630 AVC recensés en 10 mois

Les AVC ou encore les accidents cardio-vasculaires, cette perte soudaine de la fonction cérébrale provoquée par un arrêt de la circulation sanguine dans le cerveau, fait des ravages. C’est la côte d’alarme. Les bilans sont révélateurs. Du 1er janvier au 31 octobre dernier, les urgences médico-chirurgicales, les UMC, près le CHU d’Oran, ont enregistré pas moins de 630 cas tous types confondus.

Les accidents vasculo-cérébraux ischémiques venant en première place, sont en progression constante. En ce sens, 416 cas ont été pris en charge au niveau de l’hôpital. En deuxième place, l’on trouve les accidents vasculaires cérébraux ischémiques transitoires avec près de 100 cas et enfin, les accidents vasculaires cérébraux-hémorragiques avec 16 cas. L’accident vasculaire cérébral laisse souvent des séquelles permanentes ou entraîne la mort.
Pourtant, de nombreuses victimes attendent, parfois, des heures après l’apparition des premiers symptômes, avant de consulter. Or, les premiers moments qui suivent l’apparition de ces derniers sont déterminants. L’accident vasculaire cérébral est une défaillance de la circulation sanguine qui affecte une région plus ou moins importante du cerveau. Elle provoque la mort des cellules alors privées d’oxygène.
En fait, plus d’un s’en remettra tandis que plusieurs autres conserveront des séquelles plus ou moins importantes, selon la partie du cerveau qui a été affectée et les délais d’intervention médicale.
L’AVC a une particularité, ses signes précurseurs sont totalement absents. Toutefois, les personnes ayant subi un accident ischémique transitoire, celles qui sont atteintes d’un trouble cardiaque, anomalie, insuffisance cardiaque ou arythmie, de diabète, de migraines, d’apnée du sommeil, d’hypercholestérolémie, taux élevé de cholestérol ou d’hypertension artérielle, sont plus à risque.
Les symptômes de l’AVC sont nombreux, perte de conscience, paralysie soudaine, étourdissements, perte soudaine d’équilibre, engourdissement et affaissement d’une partie du visage, d’un bras, d’une jambe ou d’une partie du corps, confusion, difficulté à s’exprimer ou à comprendre etc.
Toutefois, il est possible de prévenir l’AVC, les crises cardiaques et les ruptures d’anévrisme en adoptant de saines habitudes de vie telles l’abandon du tabagisme, une consommation modérée d’alcool, de l’exercice physique, le maintien d’un poids santé, une meilleure gestion du stress et un suivi médical régulier. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux prévenir que guérir ?

Mohamed Aissaoui