lundi , 24 février 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Absence d’allogreffe infantile à Oran</span>:<br><span style='color:red;'>7 enfants transférés en moyenne chaque année à Alger</span>
© Illustration

Absence d’allogreffe infantile à Oran:
7 enfants transférés en moyenne chaque année à Alger

Le service de l’oncologie pédiatrique du centre  anti-cancer (CAC) «Emir Abdelkader» d’Oran, transfert annuellement une  moyenne de 7 enfants vers Alger, pour subir des allogreffes infantiles, une  opération encore indisponible dans les établissements de l’ouest et du sud  ouest, a-t-on appris auprès de la chef du service en question.

Indiquée dans les cas de leucémies sévères, les allogreffes infantiles  consistent à greffer un enfant malade avec des cellules de la moelle  osseuse d’un donneur (un parent ou un frère), explique le Pr Amaria  Boumeddene, chef de service de l’oncologie pédiatrique au CAC d’Oran.
Ce type d’opérations n’est malheureusement pas disponible dans aucun  établissement de santé de la wilaya d’Oran, ni encore dans la région ouest  et sud ouest, note-t-elle, ajoutant que les enfants qui nécessitent  l’allogreffe sont transférés au centre de cancérologie Marie et Pierres  Cury d’Alger, seul en Algérie à pratiquer ce genre d’intervention.
Le Pr Boumeddene a expliqué que l’allogreffe est indiquée pour les cas les  plus sévères de leucémie, qui ne répondent pas aux traitements, faisant des  rechutes, ajoutant que les enfants nécessitant l’intervention sont  transférés à Alger, après l’étude de leurs dossiers. Un projet pour le lancement de l’allogreffe infantile au niveau du service  de l’hématologie de l’EHU «1er novembre» d’Oran se fait toujours attendre,  depuis quelques années, a-t-elle souligné, notant que l’ouverture d’une  unité dédiée à ce genre d’intervention sera d’un grand apport pour les  malades et leurs familles, afin de leur épargner le déplacement jusqu’à  Alger.