vendredi , 23 août 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Lutte contre la corruption</span>:<br><span style='color:red;'>Abdelmalek Boudiaf auditionné par le juge instructeur de la Cour suprême</span>

Lutte contre la corruption:
Abdelmalek Boudiaf auditionné par le juge instructeur de la Cour suprême

Après une accalmie de quelques jours, la justice a repris l’examen des dossiers dont la nature d’incrimination tourne autour de la corruption, dilapidation des deniers publics et mauvaise gestion, entre autres.

La lutte contre la corruption a repris son cours après une pause due à l’Aïd el Adha. Le processus de lutte contre le phénomène de la corruption et le détournement des fonds publics, avait constitué l’une des importantes exigences du mouvement populaire, enclenché depuis le 22 février dernier.
Hier, Abdelmalek Boudiaf, ancien ministre de la Santé, a comparu hier devant le juge instructeur de la Cour suprême, selon des sources judiciaires, citées par plusieurs médias. Pour ce qui est de la nature des poursuites, l’ancien ministre de la Santé et ayant été plusieurs fois wali, devra répondre aux accusations sur la corruption, dans plusieurs dossiers liées à sa gestion en tant qu’ancien wali, notamment dans l’affaire de l’ex-DGSN, Abdelghani Hamel.
Après sa comparution devant le juge instructeur de la Cour suprême, Abdelmalek Boudiaf a quitté, au cours de la même journée, l’instance à bord de son véhicule personnel. Simultanément, l’ancien Wali de Tlemcen Zoubir Sebbane, comparaissait, aussi devant le juge instructeur de la Cour suprême, pour dilapidation des deniers publics et mauvaise utilisation de la fonction, en rapport avec l’affaire Abdelghani Hamel ex-DGSN. Il est à rappeler enfin, que plusieurs ministres et Premiers ministres ainsi que des patrons et chefs d’entreprises, ont été poursuivis en justice et placés en détention provisoire à la prison d’El Harrach.
En effet, la semaine passée, Abderrahmane Benhamadi, patron du Groupe Condor, a été placé en détention provisoire.
Selon un communiqué du Procureur de la République près la Cour d’Alger, le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed (Alger), a ordonné le placement en détention provisoire du gérant du Groupe Condor, Abderrahmane Benhamadi, et de 11 autres prévenus. «Suite à l’enquête préliminaire diligentée par la section de recherches de la Gendarmerie nationale (GN) d’Alger, sur instructions du procureur de la République près le tribunal de Sidi M’Hamed, 35 personnes ont été présentées le 7 août 2019 pour des faits à caractère pénal devant le procureur de la même juridiction», a précisé la même source.
Après avoir été entendus sur les faits qui leur sont imputés, le procureur de la République a transmis le dossier de l’affaire au juge d’instruction près la même juridiction qui a mis en accusation quarante (40) personnes physiques et six (6) personnes morales pour des crimes liés au blanchiment d’argent et transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite dans le cadre d’un groupe criminel, dilapidation et utilisation de fonds de banque, incitation d’agents publics à exploiter leur influence effective et supposée dans le but de bénéficier d’indus privilèges.
En plus du patron Groupe Condor, plusieurs hommes d’affaires ont été placés en détention provisoire. Il s’agit notamment d’Ali Haddad, patron du groupe ETRHB, Isaad Rebrab, PDG du groupe Cevital et Mahieddine Tahkout patron de CIMA motors et Oulmi Mourad (Sovac).
Samir Hamiche