dimanche , 15 décembre 2019

...:
Absence d’explication

Les prix des fruits et légumes ont connu ces derniers jours, une augmentation sensible. Les citoyens doivent puiser bien au fond de leur poche pour pouvoir régler leurs provisions. Il faut dire que si cette tendance haussière s’est manifestée de manière bien sensible ces derniers temps, il n’en demeure pas moins que sa progression était marquée depuis un moment déjà.
Mais comment expliquer ces hausses, notamment pour des produits de saison qui doivent être plus qu’abordables ? Les plus savants vous diront que c’est là un phénomène tout à fait normal, à cause de l’»inflation qui ne cesse de grossir. Plus terre à terre, le commerçant du coin, vous explique que ceci s’explique par les dernières pluies qui n’ont pas permis aux fellahs d’entrer dans les champs. C’est dit, tout bonnement et tout simplement et jeté à la face d’un consommateur incrédule qui ne comprend plus rien à rien.
D’autres, plus au fait de la chose, ont une autre explication tout ce qu’il y a de pratique. Pour eux, la différence entre les prix du gros et ceux du détail sont abyssaux. Pour eux, il manque fatalement un maillon à la haine. Et le coupable est tout trouvé. Les services de contrôle ne jouent pas pleinement leur rôle et laissent le marché voguer au gré des commerçants qui imposent leur loi et leurs prix.
En l’absence d’une explication officielle, toutes les hypothèses sont mises sur la table et chacun peut aller de sa propre explication. Mais ce qui est sûr et ce que personne ne peut nier, c’est l’augmentation certaine dans nos marchés. Une situation qui inquiète en ces temps de grands froids, où beaucoup de familles doivent se priver de certains produits pourtant plus que nécessaires dans la marmite de la ménagère.
Une situation compliquée quand on y ajoute la cherté de viandes blanches comme rouges, que le citoyen ne peut plus se payer depuis un long moment déjà. Pourtant, la production nationale agricole connaît une augmentation sensible et nous sommes bien loin de ces temps de rareté et de pénurie qui pouvaient expliquer une telle folie des prix.
Fatalement dans cette histoire, il y a quelque chose qui cloche. Quelque chose qui ne tourne pas rond, mais qui pourtant donne le tournis aux citoyens qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Par Abdelmadjid Blidi