lundi , 17 décembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Le programme spatial national compte 5 satellites </span>:<br><span style='color:red;'>Alcomsat 2 sera à 100% algérien</span>
© D.R

Le programme spatial national compte 5 satellites :
Alcomsat 2 sera à 100% algérien

Depuis sa création à ce jour, l’Agence spatiale, a vu ses effectifs se multiplier par 6, pour atteindre aujourd’hui 600 personnes entre ingénieurs et chercheurs. L’ambition d’une industrie spatiale nationale est sur les tablettes de l’Asal. Alcomsat 2 sera à 100% algérien Depuis sa création à ce jour, l’Agence spatiale, a vu ses effectifs se multiplier par 6, pour atteindre aujourd’hui 600 personnes entre ingénieurs et chercheurs. L’ambition d’une industrie spatiale nationale est sur les tablettes de l’Asal.

L’ Agence spatiale algérienne (ASAL), programme la construction d’un nouveau satellite de télécommunications Alcomsat-2. La prouesse de l’ASAL qui, disent les experts de l’agence est à portée, consiste à réaliser le second satellite par des compétences algériennes. Le Directeur de l’ASAL Azzedine Oussedik, qui a fait hier, cette annonce, en marge d’une journée porte ouverte sur l’établissement qu’il dirige, est on ne peut plus confiant. «Sur le plan technique, prévoir Alcomsat-2 est une très bonne chose. Nous n’allons pas attendre la quinzième année (durée de vie d’Alcomsat-1) pour penser à la construction d’un nouveau satellite de télécommunications», a révélé le scientifique, tout en mettant en avant la «volonté politique» de l’Algérie de développer son programme spatial. Oussedik est clair à ce propos, à savoir que le pays «dispose de compétences capables de mener à bien ce programme».
Cette conviction a transparu avec un certain éclat à Bibliothèque national où se déroulaient les journées portes ouvertes sur l’ASAL. La présence de la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Faraoun, a confirmé le soutient indéfectible du gouvernement pour le programme spatial, initié en 2002 et qui a obtenu le succès que l’on sait. L’hommage de Mme Feraoun qui a mis en lumière ce programme avec ses 5 satellites d’observation de la terre et du dernier en date (11 décembre 2017) Alcomsat-1. Ce sont, a-t-elle affirmé, autant d’outils pour des multi-missions dont la finalité est le renforcement de la souveraineté nationale en matière de télécommunications. La ministre a souligné que depuis sa création à ce jour, l’Agence spatiale, a vu ses effectifs se multiplier par 6, pour atteindre aujourd’hui 600 personnes entre ingénieurs et chercheurs. La ministre s’est autorisée l’ambition d’évoquer une industrie spatiale nationale. Cette option est d’autant plus réaliste que le programme spatial national 2006-2020 s’est parfaitement concrétisé et contribue présentement au développement économique et durable, dans les domaines de l’environnement, des risques majeurs, de l’agriculture, de l’urbanisme et les infrastructures de base, les transports, l’énergie, l’éducation et la santé. Des applications diversifiées qui appellent un intérêt certain du monde de l’économie.
Il y a lieu de souligner que l’initiative de l’Asal de s’ouvrir au grand public, à travers ces journées portes-ouvertes qui ne durent malheureusement que deux jours seulement, vise principalement à sensibiliser les Algériens sur l’importance de cet acquis qui profitera à toute la collectivité nationale et démontrer par la même, que l’Algérie dispose désormais de moyens spatiaux pour résoudre des problèmes concrets.
Pour éclairer au maximum les publics spécialisés et novices, il a été programmé une projection d’un documentaire sur les réalisations du programme spatial national. De plus, une exposition des produits, études et réalisations des entités opérationnelles de l’ASAL et des institutions partenaires est visible dans le Hall de la Bibliothèque nationale. Le clou des journées sera manifestement une démonstration de liaison VSAT par Alcomsat-1 entre la Bibliothèque nationale et le Centre d’exploitation de Bouchaoui.
Par la même occasion, un hommage particulier a été rendu au président de la République Abdelaziz Bouteflika, en reconnaissance à ses efforts en faveur du développement du programme satellitaire algérien.
Alger: Smaïl Daoudi