mercredi , 21 novembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Alger </span>:<br><span style='color:red;'>Arrestation de 9 individus pour trafic de cocaïne et de cannabis</span>
© Illustration

Alger :
Arrestation de 9 individus pour trafic de cocaïne et de cannabis

Les services du groupement territoriale de la Gendarmerie nationale de la wilaya d’Alger ont procédé à l’arrestation de neuf (09) individus impliqués dans la constitution de deux réseaux criminels de trafic de cocaïne, de cannabis, de kif traité et de possession d’équipements sensibles et d’armes blanches, a indiqué, mercredi, un communiqué de la cellule de communication de ce corps sécuritaire.

Agissant sur informations obtenues par la section territoriale de la gendarmerie nationale de Dar El Beida faisant état d’un réseau s’adonnant au trafic de cocaïne sur l’axe Alger-Boumerdes, les mêmes service ont procédé à la formation de deux groupes d’enquêteurs en vue de suivre cette affaire.
L’exploitation exemplaire de l’information et la surveillance minutieuse outre l’utilisation des technologies modernes ont permis, selon le communiqué, d’arrêter six (06) individus formant ce groupe criminel, dont la majorité sont des repris de justice âgés entre 30 et 50 ans issus des wilayas d’Alger et de Boumerdes. Les opérations de perquisition ont permis de saisir 10 grammes de cocaïne et une quantité importante de drogues (kif traité) outre la saisie d’équipements sensibles interdits et d’armes blanches de différents types et volumes. Les mis en cause au nombre de 6 ont été présentés devant le procureur de la république près le tribunal d’El Harrach, qui a ordonné leur mise en détention au à l’établissement de rééducation d’El Harrach. Traitée par la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Douéra (Alger), la deuxième affaire s’est soldée par le démantèlement d’un autre réseau composé de trois (3) ressortissants africains (deux hommes et une femme), qui s’adonnaient au trafic du cannabis sous forme de paquets et des matières brutes. La rapport d’expertise scientifique établi par l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) a révélé que ces matières entrent dans la composition des drogues et ce après avoir pris connaissance de la nature physico-chimique et microscopique de la matière végétale soumise au contrôle international.
Les procédures légales finalisées, les mis en cause de ce réseau ont été présentés devant le procureur de la république près le tribunal de Koléa qui a ordonné leur mise en détention à l’établissement de rééducation d’El Harrach.