vendredi , 20 septembre 2019

...:
Cap sur les présidentielles

Le dernier conseil des ministres a été l’occasion pour le chef de l’Etat de rappeler le souci permanent de M.Bensalah de travailler dans le respect total de la Constitution algérienne et de privilégier un dialogue large pour doter le pays d’une direction légitime et d’arriver à l’organisation d’une élection libre et démocratique.
Les mots du chef de l’Etat sont lourds de sens et d’engagement et méritent d’être profondément médités : « Je me suis engagé, depuis la prise de mes fonctions à la tête de l’Etat, et dans des conditions connues de tous, à travailler conformément à la Constitution, privilégiant, par conviction, la voie du dialogue inclusif et constructif, avec toutes les forces et les acteurs de la société pour dépasser la situation actuelle(..). J’ai interpellé l’intelligence collective et le patriotisme des Algériens et des Algériennes afin d’adhérer à cette approche tendant à réunir les conditions pour accélérer l’organisation d’une élection présidentielle libre, transparente et crédible, en tant que seule et unique solution à même de consacrer l’autorité de l’Etat et de ses institutions, en lui permettant ainsi de faire face aux difficultés économiques, aux défis sociaux et aux menaces qui guettent notre sécurité nationale dans un environnement régional et international complexe et instable ».
Une intervention qui prend tout son sens quand on sait que ce conseil des ministres a été consacré presque exclusivement au projet de loi portant la création de l’Autorité nationale indépendante des élections, qui jouira des pleins pouvoirs pour préparer et mener les élections du début jusqu’à la proclamation des résultats loin de toute intervention de l’administration (une première dans l’histoire du pays). Cette loi a pris l’essentiel de son essence des recommandations faites par l’Instance nationale de dialogue et de médiation, qui a ratissé large pour rencontrer plus de vingt partis, différentes associations et plusieurs personnalités nationales qui ont apporté leurs avis et recommandations pour engager de vraies élections démocratiques.
Des élections libres et transparentes qui permettront aux Algériens d’élire leur président dans les meilleures conditions possibles. Un président qui aura à conduire le changement et satisfaire le reste des revendications populaires légitimes, comme l’a souligné le chef de l’Etat.

Par Abdelmadjid Blidi