vendredi , 15 décembre 2017

...:
Cette fois l’apocalypse est bien réelle

Une guerre nucléaire est une éventualité impossible à avoir lieu. Mais cet «impossible» paraît moins sûr depuis quelques jours, après la violente escalade verbale entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. La menace est cette fois bien sérieuse et elle est surtout due à la personnalité des deux hommes qui gèrent les destinées des deux pays.
D’un côté un jeune président qui a, en un laps de temps très court, ordonné une série d’essais de lancement missiles balistiques et nucléaires (il en a fait plus que pendant tout le règne de son père et de son grand-père) et de l’autre un président américain imprévisible et connu pour son penchant à joindre ses paroles à des actes concrets.
Et bizarrement pour beaucoup d’analystes occidentaux, celui qui fait le plus peur dans cette dramatique histoire, c’est bien le président Donald Trump. Plus que Kim Jong-Un, c’est Trump qui risque de rompre avec la stratégie de patience adoptée par tous les présidents américains depuis la guerre de Corée.
Trump avait mis en garde Pyongyang à qui il a promis «le feu et la colère». Mais ceci n’a pas refroidi les dirigeants sud-coréens qui ont à leur tour défié encore une fois ce jeudi les Américains en pressentant un projet détaillé pour tirer une salve de quatre missiles au-dessus du Japon vers le territoire américain de Guam, dans le Pacifique. Une manœuvre qu’ils veulent être «un avertissement crucial aux Etats-Unis».
Ces développements et la crainte de voir la Corée du Sud mettre en application ses menaces, pomperait définitivement avec tout ce qui a été suivi jusqu’alors. En effet, l’arme nucléaire a été depuis son invention utilisée comme arme dissuasive et jamais comme arme pouvant être utilisée, car, ceci reviendrait à dire que ce serait-là la signature de la fin du monde. Nonobstant le seul recours des Américains au nucléaire contre Hiroshima et Nagasaki à la fin de la seconde guerre mondiale, tous les grands de ce monde ont compris que cette arme n’a pas à être utilisée quels que soient les conflits.
Mais là, avec les deux leaders imprévisibles que sont Kim Jong-Un et surtout Donald Trump, rien ne dit que ce pacte tacite puisse encore être tenu. Il y a des risques très forts de voir tout cela voler en éclats. Et si jamais le premier missile est lancé, alors il faut s’attendre au lancement de bien d’autres et pas seulement de Washington ou Pyongyang, mais par bien d’autres pays impliqués indirectement dans ce très grave conflit.

Par Abdelmadjid Blidi