vendredi , 15 décembre 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Mostaganem </span>:<br><span style='color:red;'>Colloque international sur le Coran et l’éducation</span>
© Illustration

Mostaganem :
Colloque international sur le Coran et l’éducation

Avant-hier jeudi, en présence du secrétaire général de la wilaya, des autorités civiles et militaires, du P/APW, du président de l’organisation mondiale du soufisme Amar chaâlal, de El Khalili Brahim, représentant son père, muphti du sultanat d’Oman, du docteur Mohamed Shahumi de Libye, guide de ladite organisation, de Isa Abdelhak Benassi membre de la communauté religieuse musulmane d’Italie, d’un groupe de Ghardaia conduit par le savant (Alem) Daoud Ousnane, de professeurs d’universités, de représentants de Zaouias, de directeurs de l’exécutif et de fidèles, le colloque sur le Coran et l’éducation, notamment des jeunes, a débuté.

Il est organisé par l’Union nationale des zaouias d’Algérie, présidée par le docteur Amar Châalal en collaboration avec l’organisation mondiale du soufisme du vingt et un au vingt huit du mois courant. Dans son intervention, le docteur Chaâlal a souligné l’importance que doit revêtir la lecture saine, si nécessaire et recommandée pour les musulmans, notamment les jeunes afin d’avoir un bon comportement et une bonne conduite «humaine» dans le quotidien. Ce n’est que par cette approche que l’extrémisme et l’islamophobie seront combattus. Evidemment en suivant la sunna du Prophète Sidna Mohamed (la paix et le salut sur lui). Emboîtant le pas au président de l’Union nationale des zaouias d’Algérie, le SG de la wilaya, Hadjadj Messaoud, a mis en exergue dans un langage purement spirituel, la nécessité du bon acte et de la bonne parole dans la vie quotidienne du musulman et ce, en réglant sa conduite par un enseignement sain du Coran et de la sunna. L’orateur a insisté sur l’apprentissage du Coran, thérapie pour les croyants et Destour des musulmans de par ses nobles et belles paroles. L’intervenant a cité des versets coraniques et des hadiths ennaboui pour argumenter ses dires. L’aspect scientifique du Coran incitatif pour le musulman en vue de s’adapter au temps moderne tout en se conduisant comme un bon musulman, a été évoqué par le SG de la wilaya. Ensuite, le docteur Mohamed Shahumi, les professeurs Daoud et Kadour Amar, ont pris la parole en se relayant. Ils ont parlé respectivement de la présence divine (vérité absolue) que personne ne doit nier par sa raison et qu’aucun ne peut réaliser que par Allah (Il s’agit-là de l’enseignement purement Soufi, évidemment sous la conduite d’un maître reconnu pour ne pas se précipiter dans les abîmes. Le professeur Daoud a souligné la valeur de l’étude du Coran pour le musulman qui doit faire preuve de sagesse, d’une bonne éducation. Les divergences doivent être évitées, le medhabisme aussi, surtout lors des travaux du colloque, a dit ledit professeur. Ainsi, du vingt deux au vingt huit du mois courant, des conférences en rapport avec le thème du colloque, seront animées par des spécialistes à la Maison des jeunes d’Ouréah. Indiquons que ce colloque est destiné essentiellement aux jeunes.

Charef.N