samedi , 25 mai 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Coupe du monde de sabre féminin (juniors)</span>:<br><span style='color:red;'>Coup d’envoi des épreuves de l’étape d’Alger</span>

Coupe du monde de sabre féminin (juniors):
Coup d’envoi des épreuves de l’étape d’Alger

Le coup d’envoi de l’étape d’Alger de la Coupe du monde de sabre féminin (juniors) a été donné samedi à la salle Harcha-Hacene en présence de 56 sabreuses issues de 10 pays.

Il s’agit de l’Algérie (10 athlètes), la France (12), le Japon (9),  l’Egypte (6), la Belgique (4), l’Italie (4), le Chili (4), la Turquie (3),  la RD Congo (3) et la Grande-Bretagne (1). Les épreuves individuelles se déroulent samedi, alors que celles par  équipes auront lieu le lendemain. «Nous sommes très heureux d’organiser cette étape de Coupe du monde en  Algérie. L’organisation est parfaite et tout se passe à merveille grâce aux  compétences de notre personnel qui s’est habitué à ce genre d’échéance  d’envergure internationale. J’ai toujours dit que nous sommes une jeune  fédération et toujours en phase d’apprentissage. Ce que nous sommes en  train de réaliser sur le plan technique et organisationnel prouve que nous  sommes sur la bonne voie’’, s’est réjoui le président de la Fédération  algérienne d’escrime (FAE), Raouf Salim Bernaoui.  Sur les chances des participantes algériennes d’atteindre des tours  avancés, le patron de l’instance fédérale a indiqué que l’objectif est de  sortir des poules et d’intégrer le tableau des 32. “”Nous souhaitons prendre le maximum de points lors de cette étape et  intégrer le tableau des 32. Remporter des points aujourd’hui est très  important pour nos jeunes escrimeuses en vue des prochaines compétitions  internationales. Pour ce rendez-vous, nous avons des athlètes qui ont la  capacité de sortir des poules même si la tâche s’annonce difficile car cinq  de nos sabreuses sur les dix engagées participent à cette compétition pour  la première fois et manquent donc d’expérience», a expliqué Bernaoui à  l’APS. Et d’enchaîner: “”Le plus important est d’y croire avant d’entamer ce  rendez-vous. Il faut que vous sachiez que dans la psychologie du sport,  entamer un tournoi avec une mentalité de gagneur est très important. Déjà,  le fait que nos jeunes sabreuses se frottent à des adversaires de haut  niveau et de classe mondiale est un bon point pour nous sur le plan  technique’’.  Cette étape de la Coupe du monde de sabre féminin précède les Championnats  d’Afrique d’escrime (sabre, épée, fleuret) des jeunes catégories, prévus du  18 au 22 février, toujours à la salle Harcha.