samedi , 21 septembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Malgré les soins intensifs à l’EHU Oran</span>:<br><span style='color:red;'>Décès d’un enfant mordu par un chien</span>
© Illustration

Malgré les soins intensifs à l’EHU Oran:
Décès d’un enfant mordu par un chien

Mordu par un chien le 16 juin dernier, le jeune Kadouri Ilyes âgé

de 8 ans vient de décéder des suites de rage humaine, a déclaré lors d’un point de presse le directeur de la DSP d’Oran. Le chien avait attaqué cet enfant et deux autres enfants ainsi que 2 adultes, le 16 juin au niveau du bidonville de Cumo à Es Sénia.

Une prise en charge rapide a été opérée pour ces victimes. Le jeune Ilyes a été mordu au visage alors que les autres ont eu des blessures au niveau des membres, nous dira cet interlocuteur. L’animal a été retrouvé et tué et sa tête envoyé à l’institut Pasteur. Vingt quatre heures après, cet institut a confirmé que le chien était enragé. Les autres victimes ont été gardées en observation, les deux enfants ainsi que la victime décédée ont été admis au service infectieux de l’EHS Canastel alors que les deux adultes ont été transférés vers le service du CHU d’Oran. Le jeune Ilyes bénéficiera de soins intensifs au niveau du service de maxillo-facial de l’EHU d’Oran et subira des examens profonds. Il subira une ponction lombaire qui a confirmé que le liquide céphalo-rachidien était purulent. Son état commençait alors à s’améliorer.
Il sera de nouveau admis à Canastel pour poursuivre son traitement à l’aide d’antibiotiques et jusqu’à avant-hier son état s’était stabilisé. Mais voilà, avant-hier aux environs de 20 heures son état de santé déclinera, l’enfant décédera hier matin à 7 heures 15 minutes.
Sa famille et les responsables médicaux avec à leur tête le DSP qui avait suivi de très prés sa prise en charge, sont sous le choc. Selon ce même responsable, on apprendra que suite à ce décès, le Dr Djamel Fourar, directeur de la prévention et de la lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé a été avisé. De même que l’a été le procureur de la république prés le tribunal d’Es Sénia. Pour cette année, la célébration de la journée mondiale contre la rage, le 23 septembre, se tiendra à Oran, pour évoquer cette maladie transmissible par animaux. Deux ans auparavant, un homme est décédé dans les mêmes circonstances.
Le problème des chiens errants hante les esprits. La rage est une maladie d’originevirale, mortelle (sauf cas exceptionnels) sans prophylaxie (vaccination) post-exposition. Le virus rabique (du genre Lyssavirus) présent dans la salive de l’animal infecté, généralement un chien (ou une chauve-souris), est très majoritairement transmis à l’Homme par morsure de l’animal enragé. La transmission du virus peut également se faire par griffure ou léchage d’une peau lésée. En revanche, la contamination d’homme à homme (transplantation, transmission materno-fœtale) est extrêmement rare. La rage continue de sévir dans beaucoup de pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud.
F.Abdelkrim