lundi , 20 janvier 2020

Délinquance, amalgames et…manipulations

Selon des témoins cités par un journal en ligne, un «groupe d’extrémistes religieux de la commune d’Aïn El Turck, s’adonne à un racket en règle qui cible les gérants de débits de boissons». Le site d’information précise que les vendeurs de boissons alcoolisées seraient menacés de faire l’objet de «campagnes hostiles à leur encontre sur les réseaux sociaux s’ils ne versent pas une somme d’argent». «Ceux qui n’ont pas cédé se retrouvent dans des vidéos postées sur le web et appelant les riverains à signer des pétitions pour la fermeture de leurs établissements», pour des raisons «morales» ou d’atteintes à l’ordre public…On sait que les zones côtières de la daïra d’Ain El Turck connaissent une prolifération de débits de boisson, notamment durant la saison estivale, ce qui provoque parfois, la colère et la protestation de quelques riverains exaspérés par les désagréments nocturnes de consommateurs et énergumènes en état d’ivresse avancé. Certains, usant du précieux argument d’atteinte à «la morale et au respect de la religion», n’hésitent pas à interpeller les autorités locales pour signaler des abus ou des dérives dans l’ouverture et l’exploitation d’un débit de boisson proche de leur résidence. Une pratique qui a probablement incité certains «malins» à faire pression sur les exploitants de bars et tripots clandestins, en menaçant de les dénoncer et en garantissant leur «tranquillité» contre paiement d’une coquette somme d’argent. Selon certaines mauvaises langues, ces acteurs au profil mafieux, qui n’ont rien de commun avec les «défenseurs de l’Islam outragé», seraient de mèche avec des petits fonctionnaires en charge du contrôle commercial sur le tissu urbain. Parler de groupes «d’extrémistes religieux» à l’origine d’un racket sur des exploitants de débits de boisson et vendeurs illicites, serait faire un raccourci abusif et dangereux. A défaut de professionnalisme et de rigueur dans le traitement de l’information par des sites Web, certains sont enclin à faire passer des clichés, des apparences ou des mises en scène pour de dangereuses vérités constatées sur un terrain social déjà bien déstructuré. A qui peut profiter les amalgames et les manipulations forgées en cette conjoncture politique bien houleuse et difficile que traverse le pays ?

Par S.Benali