dimanche , 21 juillet 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Alger</span>:<br><span style='color:red;'>Démantèlement d’un réseau criminel spécialisé dans l’arnaque à la vente immobilière</span>

Alger:
Démantèlement d’un réseau criminel spécialisé dans l’arnaque à la vente immobilière

La brigade territoriale de la Gendarmerie  nationale (GN) de Dekakna relevant de la section de Douira a réussi, la  semaine dernière, à démanteler un réseau de criminels composé de 12  individus, dirigé par un écrivain public, est qui s’est spécialisé dans le  faux et l’usage de faux d’actes sous-seings concernant des biens  immobiliers et des terrains abandonnés, a indiqué mardi un communiqué du  groupement territorial de la GN d’Alger.

Les faits remontent à la semaine dernière lorsque la victime d’une arnaque  (N.F) a versé la somme de 240 millions de centimes à l’un des membres de  cette bande criminelle, pour l’acquisition d’un terrain destiné à la  construction d’une superficie de 150 M2, qui s’est avéré appartenir à une  autre personne détenant l’acte de propriété officiel, a souligné le  communiqué. Après investigations, les services de la GN «ont pu identifier l’écrivain  public qui avait falsifié l’acte sous-seing de propriété du terrain» et  procéder à la perquisition de son domicile ayant permis «la saisie de 13  faux actes antidatés pour faire croire que les différents terrains étaient  d’anciennes propriétés, qui ont été cédés à prés de 3 milliards de  centimes, outre 30 millions de centimes trouvés dans le bureau du suspect»,  a précisé la même source. Exploitant les déclarations de l’écrivain public, les 12 suspects  ont été identifiés, a ajouté le communiqué. Les mis en cause qui «activaient avec de fausses identités pour  faire diversion et prendre la fuite», recourait à une femme travaillant  comme serveuse dans une boite de nuit pour piéger les victimes, en leur  proposant des terrains, en réalité, abandonnés à de bons prix, selon la  même source. La femme en question se chargeait de la vente des terrains  avec de faux actes, falsifiés par l’écrivain public. Après finalisation des procédures légales,  les mis en cause ont été  présentés devant le procureur de la république territorialement compétent  pour arnaque, faux et usage de faux et usurpation d’identité, qui a ordonné  leur placement en détention à l’établissement pénitentiaire de Koléa.