dimanche , 16 juin 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Nouveau mardi de manifestations</span>:<br><span style='color:red;'>Des milliers d’étudiants dans la rue</span>

Nouveau mardi de manifestations:
Des milliers d’étudiants dans la rue

Les étudiants ont mené hier une nouvelle démonstration de force à travers des marches et des rassemblements organisés à travers plusieurs wilayas du pays. Les universitaires n’ont pas dérogé à la règle instaurée depuis le début du mouvement de contestation pacifique, en choisissant mardi comme journée de protestation. Le nouveau rendez-vous de mobilisation d’hier a été marqué par d’impressionnantes marches au niveau de la capitale. Dans d’autres wilayas, les étudiants sont aussi au rendez-vous et diverses actions de protestation ont eu lieu.

A Alger, aux environs de 10h00 de la journée, les étudiants ont commencé à affluer vers le centre de la Capitale depuis divers quartiers, facultés et campus.
Des petits groupes de manifestants commencent à se former pour qu’une grande foule soit vite constituée aux environs de la Place Maurice Audin. Les étudiants ont ainsi marché vers la Grande Poste où un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé.
Les policiers ont formé un bouclier humain en interdisant l’accès au parvis de la Grande poste dont la vétusté de l’escalier a été signalée par la wilaya d’Alger. Les étudiants ont évité un face à face avec les forces de l’ordre et déferlent vers le boulevard Amirouche pour remonter à la place Audin.
Les manifestants, munis de drapeaux aux couleurs nationales et pancartes, ont refait une nouvelle fois le même itinéraire en scandant, en chœur et à gorges déployées, une multitude de slogans. Plus déterminés encore que les mardis précédents, les étudiants ont réclamé le départ de tous les symboles du système. Alors qu’un hélicoptère de la police n’a pas cessé de tournoyer dans le ciel pendant plusieurs heures, comme ce fut le cas à chaque manifestation, les manifestants ont scandé divers slogans.
«Dégage dégage ! », « pacifique pacifique », «Nous sortirons tous les mardis-Nous sortirons tous les vendredis », « Sorry Sorry Gaïd Salah, nous avons di qu’ils partent tous ! », «Bedoui Bensalah dégage», «Gouvernement de montage-Gouvernement de bricolage», sont parmi les slogans scandés par les étudiants.
Par ailleurs, les étudiants sont munis de pancartes où on pouvait lire : «Nos rêves ne rentrent pas dans vos urnes ».
Il est à signaler qu’en plus de l’accès au parvis de la Grande poste, les services de sécurité ont fermé quelques axes comme celui qui mène vers le palais du Gouvernement où des dizaines de policiers ont été déployés sur les marches menant vers cette bâtisse.
En effet, les services de sécurité ont utilisé des tirs de gaz lacrymogènes afin de stopper les étudiants dans leur marche vers le palais du gouvernement. Les éléments de la police ont aussi fermé l’accès menant vers le tunnel des facultés.
Pour ce qui est des autres wilayas du pays, des milliers d’étudiants sont sortis dans la rue à Oran, Constantine, Bouira, Béjaïa, Tlemcen, Mostaganem et Sidi Bel Abbès, entre autres.
Il est à rappeler enfin que des milliers d’étudiants sont sortis dans la rue dimanche dernier, à l’occasion de la Journée nationale de l’Étudiant.
Cette date, rappelons-le, coïncide avec le 63ème anniversaire de la grève des étudiants et lycéens le 19 mai 1956, cette date historique constitue pour les étudiants un prolongement des luttes estudiantines, génération après génération.
Alger: Samir Hamiche