mardi , 20 août 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Tout en insistant sur la solidarité entre le peuple et son armée</span>:<br><span style='color:red;'>Gaïd Salah appelle à l’extrême vigilance</span>

Tout en insistant sur la solidarité entre le peuple et son armée:
Gaïd Salah appelle à l’extrême vigilance

Le chef d’Etat-major a relevé une autre priorité et néanmoins «défi majeur» auquel est confronté le pays. Il s’agit de la lutte contre la corruption. Ahmed Gaïd Salah ne tourne pas autour du pot et assène que les cercles de la corruption ont constitué des lobbies.

Au lendemain d’un discours où l’option de la présidentielle, selon le processus constitutionnel, a été confirmée, le chef d’Etat-major s’est adressé hier, à partir du siège du commandement de la 4e région militaire aux cadres de l’Armée nationale populaire, tout en associant les Algériens à son auditoire. Ahmed Gaïd Salah qui est, là aussi, revenu sur la question liée à l’actualité politico-judiciaire récente, n’a pas manqué d’appeler les Algériens à l’extrême vigilance. Le général de corps d’armée a fortement insisté sur ce point, arguant les tentatives d’infiltration du mouvement populaire, par des forces malfaisantes.
Cette vigilance sur laquelle insiste le premier responsable de l’ANP devra s’accompagner d’une solidarité sans faille entre le peuple et son armée, souligne le chef d’Etat-major, dans son allocution. Le principal objet de cette double posture populaire souhaité par Ahmed Gaïd Salah consiste à empêcher les instigateurs des plans pernicieux de s’infiltrer dans ses rangs «quelles que soient les conditions et les circonstances».
Dans son allocution d’hier, le chef d’Etat-major a relevé une autre priorité et néanmoins «défi majeur» auquel est confronté le pays. Il s’agit de la lutte contre la corruption. Ahmed Gaïd Salah ne tourne pas autour du pot et assène que les cercles de la corruption ont constitué des lobbies. Ces derniers, affirme le général de corps d’armée, «ont des ramifications dans les milieux politique, financier et médiatique, ainsi que dans les institutions de l’Etat». D’où la difficulté d’éradiquer le mal à la racine.
Il reste que la lutte qui a commencé au mois d’avril dernier ne relève pas de l’improvisation, mais repose sur des preuves établies et irréfutables. Le chef d’Etat-major a précisé, à ce propos, que la démarche suivie dans la lutte contre ce fléau est fondée sur une «base solide», s’appuyant sur des informations «sûres et confirmées» et reposant sur des dossiers avec des «preuves tangibles». L’on n’est pas dans une logique de chasse aux sorcières ou autres stratagèmes comme semblent le colporter certains lobbies. Ahmed Gaïd Salah qui a, visiblement été mis au courant par les enquêteurs de la gendarmerie, révèle dans son discours qu’il est question dans cette lutte anti-corruption de nombreux dossiers «lourds, voire dangereux». Le propos est très sérieux et les accusations du chef d’Etat-major sont fondées, au point, dira-t-il que dérangée par l’efficacité de la lutte anti-corruption, la «bande» a tenté d’ «entraver» les efforts de l’ANP et de la Justice. C’est dire que le sujet est pris très au sérieux par les plus hautes autorités du pays.
Sur un autre registre, le vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP) a, affirmé mardi que la formation constitue la «pierre angulaire» de toute démarche de développement de l’armée, rappelant « l’importance majeure et permanente » accordée par le haut commandement de l’ANP aux établissements de formation.
L’attachement de l’ANP à « l’acquisition des facteurs de la modernisation et de développement dans tous les domaines, et notre intime conviction que le volet de la formation constitue la pierre angulaire de toute démarche de développement réussie en phase avec l’ère de la science et du savoir, nous ont incités à accorder une importance majeure et permanente à nos établissements de formation et à veiller à ce qu’ils adoptent les nouvelles méthodes didactiques et pédagogiques, théoriques et pratiques, basées sur les techniques modernes et innovées», a souligné le chef d’état-Major de l’Armée.
Yahia Bourit