jeudi , 12 décembre 2019

Gare aux lobbies

Les derniers développements de la scène nationale qui ont vu l’intérêt que porte un eurodéputé au mouvement populaire, met au cours de l’actualité, plus que jamais le processus électoral en cours dans le pays. Il est entendu que la démarche du lobby sur lequel repose Raphaêm Glucksman, poursuit l’objectif de faire échouer le prochain rendez-vous électoral. Raison de plus pour que les Algériens réfléchissent à deux fois avant de considérer avec légèreté le scrutin du 12 décembre. Les citoyens doivent écouter ce que les candidats ont à leur dire. Sans verser dans une forme de naïveté, il est entendu que les prétendants à la magistrature suprême, ont fait beaucoup de promesses et parmi les plus importantes, il y a bien entendu une nouvelle Constitution. Tous ont évoqué leur intention de proposer une Loi fondamentale qui installerait solidement et durablement les institutions du pays. Même si à l’heure actuelle, tout cela demeure théorique, il importe pour chaque Algérien de faire en sorte à obliger le prochain chef de l’Etat à concrétiser sa promesse. C’est ce qu’entendent éviter les tenants du désordre qui ont missionné l’eurodéputé. L’objectif des officines hostiles à la stabilité du pays, consiste à empêcher les Algériens à trouver leur voie. Et s’ils sentent l’urgence d’organiser une action européenne contre la prochaine élection présidentielle, c’est précisément parce que celle-ci est bel et bien une porte de sortie de la crise dans laquelle se débat le pays.
Bref, les sujets de la présidentielle et de la nouvelle Constitution qui suivra, devront prendre le dessus sur le reste du menu politique de cette veille de présidentielle. Et pour preuve, à défaut de débat, ce sont les extrêmes de tous bords qui prendront l’initiative. Et, c’est bien connu, «les destructeurs de Nations» adorent les extrémistes. On les a vus à l’œuvre en ex-Yougoslavie, en Irak, en Syrie et en Libye.
Les «concepteurs» du chaos qu’on a un peu trop facilement qualifié de printemps, voient bien plus loin qu’ils ne le disent. Ce n’est ni la liberté d’expression, ni la nouvelle Constitution qui font courir les lobbies, mais des objectifs où le citoyen algérien comptera pour du beur. L’opinion nationale, jadis très réactive à ce genre d’ingérence, est appelé à prendre, à juste titre, la décision d’aller voter pour éviter au pays, un avenir sombre…

Par Nabil.G