jeudi , 17 août 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Bedoui à propos des programmes de développement local</span>:<br><span style='color:red;'>«Il n’existe aucun gel»</span>
© D.R

Bedoui à propos des programmes de développement local:
«Il n’existe aucun gel»

C’est donc dit. L’Algérie n’a pas réduit sa voilure sur ce qui est en rapport avec le développement local. Le citoyen demeure donc la principale préoccupation des autorités centrales et le ministre de l’Intérieur semble l’affirmer avec une grande assurance.

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire Noureddine Bedoui, est formel. Selon lui, la dynamique du développement local ne souffre d’aucune reculade des pouvoirs publics. Pour M. Bedoui, le rythme de réalisation des projets inscrits par le gouvernement n’est pas victime de la crise financière, arguant que le chef de l’Etat lui-même veille à la mise en œuvre effective des chantiers liés au développement local. «En application des directives du président de la République Abdelaziz Bouteflika, il n’existe aucun gel des programmes de développement qui concernent les intérêts et les préoccupations quotidiennes du citoyen, notamment dans le secteur de l’Education nationale, le secteur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la Formation et l’enseignement professionnels, ainsi que les secteurs de santé, de l’habitat, de l’urbanisme» a déclaré M. Bedoui à partir de Tamanrasset où il effectuait une visite de travail. Le ministre a eu ses propos devant les cadres, les élus et les représentants de la société civile de la wilaya de Tamanrasset, mais le message vaut pour toutes les autres wilayas du pays. Pour cause, le ministre a discouru en présence des secrétaires généraux de différents départements ministériels.
Cette mise au point faite, le ministre précise son propos en relevant que «les causes du retard de quelques projets de développement de la wilaya de Tamanrasset sont dus à la bureaucratie et autres au manque de sérieux et du travail de terrain des responsables chargés de suivre le déroulement de ces projets». C’est donc dit. L’Algérie n’a pas réduit sa voilure sur ce qui est en rapport avec le développement local. Le citoyen demeure donc la principale préoccupation des autorités centrales et le ministre de l’Intérieur semble l’affirmer avec une grande assurance. Cette «vérité» est attestée par la visite elle-même du ministre de l’Intérieur à Tamanrasset et Ain Salah. Cette mission vise justement «l’inspection de l’exécution des programmes de développement et la prise en charge des préoccupations du citoyen» souligne M.Bedoui. Et d’ajouter que tous les projets en cours de réalisation viennent confirmer que la dynamique constatée à Tamanrasset et ailleurs, est le résultat de l’application des directives du président de la République.
Pour ce qui concerne les préoccupations des citoyens en rapport avec le développement de cette wilaya, M. Bedoui a préconisé la constitution d’un comité ministériel de suivi permanent des projets. Ce comité sera composé des secrétaires généraux des ministères de l’Intérieur et des Collectivités locales, du Transport et des Travaux publics, de la Santé, de l’Habitat et de l’Environnement. Ce niveau de responsabilité suppose un intérêt particulier accordé par le gouvernement à Tamanrasset. Mais l’essentiel pour le ministre consiste à «dynamiser la machine économique» des wilayas du Sud. C’est la seul voie pérenne pour l’amélioration du niveau de vie des citoyens. M.Bedoui souligne à ce propos, que le relèvement des défis économiques passe par l’adoption d’«une méthode d’organisation de qualité».
Pour ce qui concerne la question de l’immigration illégale dont les wilayas du sud s’en trouvent être les premières victimes, le ministre a souligné que «la loi algérienne est stricte et l’Etat utilisera tous les moyens afin de préserver la sécurité et la stabilité». Sans commentaire.

Alger: Smaïl Daoudi