lundi , 17 décembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Berraf </span>:<br><span style='color:red;'>«Je ne songe pas à délocaliser le siège de l’ACNOA»</span>
© D.R

Berraf :
«Je ne songe pas à délocaliser le siège de l’ACNOA»

L’Algérien Mustapha Berraf, fraîchement intronisé  à la   tête de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique  (ACNOA), a assuré mardi à Alger qu’il ne songeait pas à transférer en  Algérie le siège de cette instance qui se trouve au Nigeria.

«Pour pouvoir transférer les quartiers de l’ACNOA en Algérie, il faudra  l’accord d’au moins les deux tiers des membres de l’assemblée générale», a  expliqué Berraf en conférence de presse au Musée olympique, ajoutant que  même s’il en avait la possibilité, il ne procéderait pas à cette  délocalisation. «Le Nigeria est une grande nation de sport. C’est donc une joie pour nous  que le siège de l’ACNOA se trouve là-bas», a poursuivi Berraf qui a pris  les rênes de l’instance africaine pour les deux années restantes du mandat  olympique 2017-2020, après l’éviction de l’Ivoirien Lassana Palenfo. Le président du Comité olympique et sportif algérien a été élu à la tête  de l’ACNOA jeudi dernier à Tokyo, lors de l’assemblée générale  extraordinaire et élective de l’instance. Il avait récolté 34 voix sur les  54 exprimées au deuxième tour, contre 20 pour sa concurrente, la Burundaise  Lydia Nsekera.