samedi , 14 décembre 2019

JM 2021 – La fin des fausses notes et des tâtonnements ?

Salim Iles, 44 ans Champion d’Afrique du 100 mètres et du 200 mètres, a donc été choisi pour diriger l’organisation et le déroulement des prochains jeux méditerranéens à Oran. Après Abdelhak Kazi-Tani, puis Mohamed Morro successivement désignés puis limogés, un Directeur général des JM 2021 semble avoir enfin été trouvé, après trois ans de tergiversations, de tractations, et de sourdes manœuvres pour le contrôle de ce poste à durée limitée mais aux enjeux importants. La désignation de Salim Iles, un enfant d’Oran, a été globalement accueillie avec satisfaction par l’opinion oranaise plutôt blasée par les tâtonnements et les fausses notes qui ne cessaient de s’accumuler sur le parcours de l’organisme chargé de veiller au bon déroulement de la future grande compétition internationale confiée à la ville d’Oran. Un «choix judicieux» indiquent les observateurs avisés, qui mettent en relief le fabuleux parcours sportif de ce champion algérien de natation connu et respecté au niveau mondial. Pourquoi alors avoir perdu pas moins de trois ans en désignant à la tête de l’organisation de présumés gestionnaires choisis essentiellement par un parrainage politicien et qui n’ont aucune maîtrise ni aucun lien avec le sport olympique international. Une tranche de l’Histoire locale oranaise qui mériterait d’être éclaircie, tant elle contient de lourdes interrogations encore sans réponses. A moins de deux ans du lancement de la compétition, tous les professionnels de la communication se demandent comment et pourquoi rien de significatif n’a été engagé pour assurer le minimum requis en matière d’information, de sensibilisation et de mobilisation des citoyens oranais autour de ce grand événement sportif. Un événement qui, en principe, devrait avoir un impact social, économique et culturel important, si toutefois les meilleures conditions étaient réunies pour assurer sa pleine réussite. Il se trouve malheureusement, que certains volets essentiels liés à la communication, à la promotion et au «marketing» de la manifestation demeurent à l’état «d’ébauche». Le nouveau directeur des jeux, soulignent les «mauvaises langues» locales, devrait surtout se «prémunir contre les risques de retards et de perturbations» qui ne manqueront pas d’apparaître, au rythme de l’incompétence, des tâtonnements et des agitations stériles de certains acteurs connus sur l’arène oranaise…

Par S.Benali