mercredi , 11 décembre 2019

Jusqu’à quand?

Depuis jeudi dernier, les 80 acquéreurs de camions-poubelles, sous-traitants de l’APC d’Oran chargés de la collecte des ordures ménagères, sont entrés en grève illimitée pour exiger le versement de leurs arriérés de salaire et dénoncer les conditions dans lesquelles ils travaillent. C’est ce qui est expliqué par un représentant des concessionnaires faisant le tour des rédactions locales. Selon lui, toutes les initiatives annoncées pour parvenir à un accord avec les gestionnaires locaux ont échoué et les promesses faites pour résoudre le problème des arriérés sont restées lettre morte. Samedi dernier, les grévistes ont immobilisé leurs camions-poubelles le long de l’artère menant à «leur» parc de stationnement à Akid Lotfi. Selon des observateurs, ce mouvement de grève était prévisible compte tenu de la détérioration des relations entre les sous-traitants et les autorités municipales soumises, on le sait, à des contraintes financières inextricables. En effet, depuis janvier dernier, les concessionnaires n’ont pas perçu un centime de leur dû.
Et certains affirment même, qu’ils attendent toujours le versement des mensualités impayées de l’année 2014, de 2015 et de quatre mois de l’année 2017. Une situation qui a plusieurs fois contraint ces acquéreurs de camions poubelles dans le cadre du dispositif ANSEJ, à recourir à des actions de protestations, occupant de temps à autre, la chaussée face au siège des principales administrations publiques. «Nous avons déposé nos dossiers et rempli toutes les formalités administratives pour que nous soyons payés, mais en vain», déplorent des délégués des concessionnaires qui se disent aujourd’hui «méprisés par le silence des responsables communaux concernés». Et encore une fois, les grévistes concernés ont interpellé hier le Wali pour qu’il intervienne dans ce dossier qui risque tout simplement de conduire à la faillite ces entreprises créées dans le cadre de l’ANSEJ. Par ailleurs, en plus du versement des arriérés impayés, les concessionnaires grévistes dénoncent les clauses du nouveau cahier des charges qui, selon eux, leur fait obligation de disposer d’un camion neuf avec basculeur et que le propriétaire doit résider à Oran.
Il y a un peu plus d’un mois, des concessionnaires avait été reçus par le Wali et une réunion avec le Chef de Daïra d’Oran a été tenue au siège de la DHA durant laquelle, tous ces problèmes ont été évoqués. Mais depuis, le problème reste posé et aucune solution n’est trouvée pour prendre en charge les doléances des protestataires. Les concessionnaires privés de la collecte des déchets ménagers annoncent donc aujourd’hui, une grève illimitée, un peu comme l’ont fait l’an dernier leur collègue de Sidi Chami avec cette grève de trois mois qui a eu de fâcheuses conséquences sur l’hygiène et l’environnement urbain à travers cette commune, déjà bien pénalisée par les carences et les insuffisances que tout le monde connait.
Sans entrer dans le débat sur la pertinence et l’efficacité présumée de ce recours aux bénéficiaires d’un crédit ANSEJ pour l’acquisition d’un camion de ramassage des déchets ménagers, il faut bien admettre que la stratégie des pouvoirs publics en ce domaine reste ,depuis longtemps, galvaudée et tirée vers le bas en raison de cette inébranlable culture de la démagogie et de l’improvisation faussement érigée en modèle sublime de gestion du développement local… Jusqu’à quand?

Par S.Benali