mardi , 7 avril 2020

La clochardisation sous toutes ses formes…

Ces premiers jours de la nouvelle année 2020 entamée, ressemblent aux autres jours des années écoulées, marquées par les mêmes tares, les mêmes fléaux et les mêmes incertitudes forgées par le quotidien difficile et les attentes d’un horizon meilleur. Comme toujours depuis des années, le flux des harragas voulant gagner les terres européennes, reste constant. En une semaine à peine, on a dénombré pas moins de quatre tentatives de traversées suicidaires et une cinquantaine de harragas ont été interceptés le long des cotes des wilayas de l’ouest. Au registre des «faits divers» plutôt tragiques, on a appris qu’une jeune femme cancéreuse a tenté de se suicider devant l’entrée du centre anti-cancer de Misserghine en raison, expliquent certains médias, du «report de sa séance de radiothérapie. La malade du cancer s’est donné un couteau au ventre, a été évacuée aux urgences du CHU où elle a été opérée. Même si des questions demeurent posées sur les motivations et l’état de santé morale de la concernée, cet acte de colère et de désespoir, reflète les conditions de fonctionnement lamentables qui ne cesse encore de pénaliser les structures sanitaires et hospitalières, malgré les efforts et le dévouement d’une majorité de médecins et de personnel d’encadrement marginalisés, hélas par tout un système de gestion favorisant le laxisme, la prédation et la médiocrité. La première semaine de 2021, a également connu les mêmes refrains et les mêmes promesses annonçant une meilleure prise en charge des besoins sociaux en matière de logement, d’emploi et d’amélioration du cadre de vie collectif à travers les quartiers. Des réunions ont été couvertes par la presse locale et des communiqués laconiques ont été publiés sur le site officiel de la Wilaya, faisant état de l’engagement et du suivi régulier des projets et des «opérations d’embellissement et d’amélioration urbaine de la capitale de l’ouest «évoquées depuis déjà une dizaine d’années. On a appris dans ce cadre, qu’un plan d’action a été élaboré pour «améliorer la maintenance du réseau d’éclairage public et la mise en place d’un nouveau réseau d’éclairage public au niveau des grands axes routiers de la Wilaya». En ce domaine, il suffit d’emprunter l’axe routier reliant le rond-point des trois cliniques au rond-point des HLM pour admirer des vestiges de vieux candélabres qui restent plantés à côté de nouveaux poteaux qui ne fonctionnent toujours pas depuis plus de cinq ans, et cela dans un décor urbain hideux envahi par le commerce informel et la clochardisation sous toutes ses formes…
Par S.Benali