mardi , 21 novembre 2017

...:
La dernière phase du GMO

La reprise totale de la ville de Raqa des mains de daech n’est plus qu’une question d’heures. La bataille qui a duré de long mois est cette fois bel et bien finie. Raqa n’est plus la capitale autoproclamée de l’organisation de daech. Après Mossoul en Irak, l’Etat islamique ne contrôle presque aucune ville importante dans les deux pays. Le fameux califat voulu par Abou Bakr el Baghdadi a, cette fois, définitivement vécu.
La Syrie comme l’Irak, en cette année 2017, se sont petit à petit débarrassés du joug et de la terreur imposés par ce groupe sanguinaire qui a fait trembler le monde pendant plusieurs années, mais qui a connu les débâcles les unes après les autres que ce soit face aux forces syriennes et irakiennes ou face au Russes ou à la coalition internationale menée par les Américains. La recréation donnée par les Américains à ce groupe a duré un certain temps, avant que n’entrent en action les Russes qui ont totalement changé la donne, et remis à l’ordre les choses en apportant un soutien sans failles au régime de Bachar El Assad que ce soit sur le plan militaire, politique ou diplomatique.
Cet engagement russe, franc et massif, a obligé les occidentaux à revoir leurs plans et se décider, enfin à lutter efficacement contre le monstre qu’ils ont contribué à confectionner. Il faut dire qu’entre temps, ce bébé monstre commençait à leur filer entre les mains et à organiser des attentats sanglants sur le sol même des pays occidentaux.
Mais Daech aura quand même servi à mettre en place la stratégie voulue par ces puissances, car sa fin signifie de toutes nouvelles donnes sur la carte géographique de cette région qui ne peut et ne sera plus la même. Il ne fait aucun doute, aujourd’hui, que tous les pays de cette région, à l’exception d’Israël, sont sortis affaibli du passage de cet ouragan terroriste et que déjà de nouveaux Etats commencent à pointer avec notamment l’émergence des forces kurdes qui n’accepteront pas moins que d’avoir des entités propres à eux en Irak et en Syrie.
Cette déstructuration n’épargnera pas non plus des pays comme l’Arabie Saoudite, le Yémen l’Iran, le Liban et même la Turquie
Il faut dire que l’idée du Grand Moyen Orient (GMO) n’a jamais été abandonnée et elle est aujourd’hui à portée de main et nous assistons peut être à ses vraies débuts, dont Daech et le printemps arabe n’ont été que des outils accélérateurs. Et peu importe les milliers de morts que tout cela a coûté. La politique ne fait jamais de quartiers.

Par Abdelmadjid Blidi