mercredi , 21 novembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Mostaganem </span>:<br><span style='color:red;'>La Direction des Affaires religieuses organise des conférences de sensibilisation sur la Zakat</span>
© Illustration

Mostaganem :
La Direction des Affaires religieuses organise des conférences de sensibilisation sur la Zakat

Depuis quatre jours, les responsables de la Direction des Affaires religieuses et des Wakfs, organisent au niveau de chaque chef-lieu de daïra de la wilaya de Mostaganem, des conférences animées par des imams pour exhorter les commerçants, les opérateurs économiques et les nantis à verser la zakat en vue d’être distribuée aux bénéficiaires selon les préceptes de l’Islam.

Hier, c’est une mosquée de Achaâcha à l’Est de Mostaganem, qui a abrité une conférence de sensibilisation. C’est à El Achoura le dixième jour du mois de Mouharam que débute le versement de la Zakat (correspondant au vingt septembre).
La journée de Achoura sera chromée et payée. Rappelons, que le premier jour de la nouvelle année hégirienne 1440, a commencé mardi dernier au premier jour de Mouharam qui représente l’un des quatre mois sacrés auxquels le Coran fait référence, à savoir Radjeb, Dhoul qua’da, Doul El Hidjra et Mouharem. Durant ces périodes, les tribus arabes s’interdisaient de faire la guerre entre elles et ce, bien avant l’avènement de l’Islam. En effet, les Arabes observaient une trêve durant les mois suscités.
A signaler que l’Islam a réitéré cette période alors qu’actuellement, des musulmans s’entretuent dans certains pays arabes en ce mois même de Mouharem. Ignorant le calendrier grégorien, le calife Omar Ibn Khattab (que Dieu agrée), a désigné l’année de l’Hégire (émigration du Prophète Sidna Mohamed la paix et le salut sur lui, de la Mecque à Medina), soit en 722 après Jésus (Sidna Aissa «le salut sur lui», comme le début du nouveau calendrier musulman, avec Mouharem comme premier mois.
Durant cette période, le Prophète Sidna Mohamed (la paix et le salut sur lui), n’a pas cessé de multiplier les bonnes œuvres et jeûner en désignant le dixième jour el Achoura. Quant à la zakat qui constitue l’un des cinq piliers de l’islam, elle est une forme active d’aide aux démunis et aux pauvres.
Accomplie par ceux qui en ont le devoir, la zakat n’est pas un appauvrissement mais plutôt un enrichissement qui met le musulman à l’abri du besoin, selon des spécialistes. Et d’un autre côté, ce pilier de l’Islam permet de préserver la dignité des pauvres.
Charef.N