dimanche , 23 septembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>En raison de la montée en cadences des usines d’assemblage automobile</span>:<br><span style='color:red;'>La facture d’importation des CKD/SKD en nette hausse</span>
© D.R

En raison de la montée en cadences des usines d’assemblage automobile:
La facture d’importation des CKD/SKD en nette hausse

La facture d’importation des véhicules finis, dans toutes leurs catégories, et des collections CKD/SKD destinées aux usines d’assemblage, s’est élevée à 2,13 milliards de dollars en 2017. Si la tendance restait en l’état, il y a lieu de s’attendre à une facture annuelle pour 2018, de l’ordre de 4, 26 milliards de dollars. C’est là une appréciation minimale. Il est, en effet, fort possible de finir l’année en cours avec une facture avoisinant les 5 milliards de dollars.

Très gourmande en devises fortes, l’activité d’assemblage de véhicules a encore grevé, ce mois-ci, les réserves de changes. Soutenu par le gouvernement qui estime cela comme une étape nécessaire à l’édification à terme d’une industrie nationale de l’automobile, le SKD/ CKD ne passera certainement pas inaperçu en raison de la facture d’importation qu’il a suscitée pour les deux premiers mois de l’année en cours. Les opérateurs versés dans cette activité, ont importé pour l’équivalent de 449,1 millions de dollars. Ce montant vaut pour les collections pour le montage des véhicules de Tourisme et ceux de Transport de Personnes et de Marchandises. A titre comparatif, il faut savoir que pour la même période en 2017, la facture s’est montée à 219,5 millions de dollars. Cela, revient à dire que les réserves ont été «dégarnies» de près de 230 millions de dollars, soit une hausse de 104%.
Cette situation s’explique, bien entendu, par la montée en cadence des usines d’assemblage, mais aussi par la très faible facture d’importation de véhicules finis. Ladite facture est passée à 20,5 millions de dollars sur les deux premiers mois 2018, alors qu’elle était de l’ordre de 136,8 millions de dollars à la même période 2017. Additionnées, les factures d’importation de CKD/SKD et des véhicules, donne un montant de 469,6 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018.
Sur cette «grosse facture», la part du lion revient aux collections CKD/SKD destinée à l’assemblage des véhicules de tourisme. Les quelques unités actives sur le territoire national, ont consommé 398,29 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018. L’année d’avant, à la même période, l’assemblage a coûté 187,63 millions de dollars. Sur ce segment, la hausse est de 210,66 millions de dollars, soit 112%. Quant aux Véhicules de Tourisme finis importés, la facture a été de 4,85 millions de dollars contre 42,6 millions de dollars.
Le nombre de Véhicules de Tourisme finis importés, a été de 102 voitures en janvier-février 2018 contre 3.596 voitures sur la même période de 2017. Il faut savoir que ces 102 voitures sont entrées en Algérie dans le cadre du reliquat des licences d’importation datant de 2016. Il y a lieu de préciser, à ce propos, qu’aucune licence d’importation n’a été octroyée en 2017 et 2018.
L’élément nouveau dans le rapport des douanes compartiment aux précédents, tient dans la facture d’importation des collections CKD des véhicules de transport de personnes et de marchandises. Habituellement marginale, celle-ci fait un bon de 60%, entre le premier bimestre de 2017 et celui de 2018, de sorte que les importations de cette catégorie de véhicules ont augmenté à 50,81 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018. Le constat inverse, vaut pour les véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises finis importés. En effet, leur facture d’importation a été de 15,65 millions de dollars contre 94,22 millions de dollars. L’assemblage en Algérie de ce type de véhicules, a fait en sorte à ce que leur nombre à l’importation a été de 434 unités en janvier-février 2018 contre 6.731 unités sur la même période de 2017.
Pour ce qui concerne les accessoires des véhicules automobiles, les Douanes révèlent que les importations ont baissé. Ils se sont établis à 52,46 millions de dollars en janvier-février 2018, contre 61,28 millions de dollars à la même période de l’année précédente.
Il faut savoir enfin, que la facture d’importation des véhicules finis, dans toutes leurs catégories et des collections CKD/SKD destinées aux usines d’assemblage, s’est élevée à 2,13 milliards de dollars en 2017.
Si la tendance restait en l’état, il y a lieu de s’attendre à une facture annuelle pour 2018, de l’ordre de 4, 26 milliards de dollars. C’est là une appréciation minimale. Il est, en effet, fort possible de finir l’année en cours avec une facture avoisinant les 5 milliards de dollars.