vendredi , 24 mai 2019
<span style='text-decoration: underline;'>le Mois de ramadhan entre jeûne et flambée des prix </span>:<br><span style='color:red;'>La mise en gage des bijoux, seule alternative pour plusieurs familles</span>

le Mois de ramadhan entre jeûne et flambée des prix :
La mise en gage des bijoux, seule alternative pour plusieurs familles

Vu la cherté de la vie et l’augmentation sans cesse des prix, et cela malgré l’assurance des responsables, les familles algériennes et elles sont nombreuses, n’arrivent pas à gérer leurs budgets, surtout en ce mois sacré du ramadhan. Ne pouvant assurer cette lourde tâche, elles se tournent vers la mise en gage de leurs bijoux, une pratique qui est assez connue chez les familles algériennes.

En effet, il s’agit de laisser en gage des bijoux, en contrepartie d’un prêt qui permettra à ces familles, de faire face à leurs dépenses. La Banque de développement local (BDL) fait dans le prêt sur gage. Le prêt sur gage est pratiqué par la BDL depuis 1985. «Héritée de l’ex-Crédit municipal, lors de la première restructuration du secteur bancaire, la formule crédit sur gage est devenue une activité traditionnelle et exclusive de la BDL ».
Mais encore faut-il avoir des bijoux qui valent leur poids en or pour arriver à les mettre en gage, vu que le prix du gramme d’or à la mise en gage est loin de répondre aux besoins des familles. Rencontrés sur place, plusieurs femmes ou hommes vous tiennent les mêmes déclarations, « je viens mettre en gage les bijoux de mon épouse, dira un homme , en contrepartie d’un prêt qui nous permettra de faire face aux dépenses liées au mois sacré.
Je rembourse cette somme avant le Ramadhan suivant et je récupère les bijoux ». « Mais face à la situation actuelle et à l’augmentation sans cesse des prix, mettre ses bijoux en gage devient un cercle infernal », expliquerons la majorité des personnes interrogées sur cette situation. « Sans avoir à tendre la main et essuyer des refus », dira une femme. Les bijoux déposés ont parfois une valeur sentimentale, nous confient nombre de clients de cette banque.
Pour d’autres familles, le remboursement et la récupération de leurs bijoux prends du temps, car ils se retrouvent confrontés à d’autres dépenses ou imprévus. D’un autre côté, quant à savoir vers quelle heure il faut se présenter, des personnes sur place nous expliqueront qu’ « il importe de se lever de bonne heure, si on veut gager son or et repartir en début d’après-midi”.
Quant au prix du gramme d’or engagé, une femme nous dira qu’il est de l’ordre de 2000 DA. « Alors les quelques grammes d’or que nous possédons, que peuvent-ils nous rapporter ? »…
F.Abdelkrim