vendredi , 24 mai 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Le nouveau pôle urbain de Belgaïd </span>:<br><span style='color:red;'>La modernité absente et plusieurs problèmes nuisent au cadre de vie</span>
© D.R

Le nouveau pôle urbain de Belgaïd :
La modernité absente et plusieurs problèmes nuisent au cadre de vie

La situation au nouveau pôle urbain de Belgaïd où des milliers de logements ont été réalisés à l’est de la ville, ces dernières années, n’a pas changé. Le constat est amer, les habitants dans ce nouveau pôle souffrent d’un cadre de vie médiocre. Aucune structure culturelle, aucune structure sportive, aucun grand espace vert, des immeubles et que des immeubles à perte de vue.

Ce nouveau pôle urbain dispose de milliers de logements notamment sociaux dans deux cités. Il s’agit de 5100 et 2000 logements ainsi que des logements LPA et d’autres de promotion immobilière privé. Mais le problème qui ennuie le plus les habitants, est le transport qui est défaillant sur toute la ligne et n’arrive pas à répondre au nombre grandissant d’habitants. Durant ces soirées ramadenesques, quelques bus seulement de l’établissement de transport urbain «ETO » assurent le transport. Résultat, plusieurs habitants sont déplumés pour rejoindre le centre ville par taxi. Même dans la journée, à 6h30 du matin, difficile de trouver un bus. Alors que les employés et travailleurs doivent rejoindre tôt leurs lieux de travail, ils sont confrontés donc à prendre des chauffeurs clandestins directement à la place d’arme et le quartier de Sidi El Houari à 100 Da la place. Ces transporteurs clandestins même si cela reste illégal, apportent une grande aide aux citoyens durant ce mois de ramadhan, ces navettes opèrent jusqu’au Shour. Par ailleurs, la cité 5100 logements dispose peu de services indispensables pour la vie quotidienne des citoyens.
En absence d’un marché de proximité, les citoyens se déplacent vers les quartiers avoisinants pour s’approvisionner en lait et en pain. La situation a encore empiré après ce qui se passe récemment dans la commune de Bir El Djir et l’interpellation du maire. La gestion de la collecte des ordures et l’éclairage public commencent à montrer des signes de faiblesse.
« On dirait que nous ne sommes pas à Oran, c’est tellement sombre et isolé », dira un habitant, un autre ajoute : « Espérons que les erreurs commises ici, ne vont pas se répéter dans le nouveau pôle urbain, Ahmed Zabana, à Misserghine ».  En attendant que la situation du cadre de vie va s’améliorer au nouveau pôle urbain de Belgaid, la Direction des transports de la wilaya d’Oran va réaliser une cinquième station urbaine sur place.
Cet endroit enregistre une grande expansion urbanistique, ces dernières années, mais également la présence d’un pôle universitaire et de plusieurs résidences universitaire. Belgaid est également le point de liaison de la ville avec la corniche et, notamment, Kristel, Ain Franine, mais également la R11 qui mène à Gdyel, Arzew et la wilaya de Mostaganem.
Cette cinquième station urbaine, selon le directeur des transports de la wilaya d’Oran, Rezzoug Mokhtar entre dans le cadre des efforts de la direction pour restructurer le transport à Oran. L’objectif principal est de mettre en service les 05 stations urbaines et les relier avec des lignes urbaines et suburbaines pour mettre fin à l’anarchie mais également fluidifier une circulation déjà difficile avec le grand nombre de bus qui circule quotidiennement dans le tissu urbain.
Les stations d’El Bahia, Hai Sabah, El Morchid, Usto et la future station de Belgaid sont appelés à jouer un rôle primordial dans la future vision du transport à Oran.
Fethi Mohamed