vendredi , 19 octobre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>ANIMATION CULTURELLE ET ARTISTIQUE</span>:<br><span style='color:red;'>La nouvelle régie communale vogue dans le brouillard</span>
© D.R

ANIMATION CULTURELLE ET ARTISTIQUE:
La nouvelle régie communale vogue dans le brouillard

La création d’une nouvelle Régie des Arts  et de la Culture de la commune d’Oran suivie de l’installation  d’un Conseil de gestion en cette fin d’année 2016 a été l’aboutissement  d’un travail de longue haleine pour faire aboutir ce projet qui répond aux dispositions statutaires du Code communal et les différents décrets, ordonnances et lois ainsi que  la délibération de l’APC N° 56/2016.

Il était promoteur d’une réelle relance d’un programme d’animation culturelle dans une ville qui a brillé dans le monde du spectacle du temps de l’ACVO, une association communale qui a organisé le « Maoussem de Sidi El-Houari », un évènement de grande valeur qui  a,  durant une semaine, émerveillé la population oranaise et des centaines d’invités, venus de tous les coins d’Algérie et de l’étranger.
C’était du temps où  la gestion de cette association était confiée à MM.  Benguesmia Mohamed et  Abbas Bouakeul. Puis vint l’Office communal,  dissous quelques années après parce qu’il n’était pas en conformité avec la réglementation en vigueur. Cependant, il faut reconnaître  la réussite de l’organisation de  spectacles programmés par les autorités locales durant, notamment les festivités commémoratives nationales. L’Office  disposait également  d’une estime irréprochable parmi les grands noms de la chanson, tant au niveau national qu’à l’étranger. La vocation de la nouvelle régie se reflétait  dans son riche patrimoine qui se résume à l’exploitation des salles de cinéma Es-Saada (Colisée),  Maghreb (Regent),  Marhaba (Escurial),  le Théâtre de verdure Hasni Chekroun, le Conservatoire Ahmed Wahby et la Médiathèque appelée à abriter les expositions de tableaux de peinture, livres et autres produits de l’artisanat,  les conférences à caractère scientifique et artistiques.
Evidemment pour rentabiliser le patrimoine communal et augmenter les ressources financières, les statuts de la régie encouragent les prestations à fournir aux usagers du service public. En d’autre terme, le conseil de gestion se prononce sur les contrats et marchés passés avec les tiers particuliers, organismes, sociétés ou collectivités publiques ainsi que sur les tarifs et prestations engendrés par la location des infrastructures qu’elle gère.  Mais des évènements malheureux vont porter l’estocade à cette régie, Ce fut l’affectation, par décision du ministre de la Culture, à l’ONCIC d’Alger des deux meilleures  salles de cinéma d’Algérie : Régent et Colisée.
Elles venaient d’être  entièrement rénovées par la mairie d’Oran.  La mauvaise nouvelle a « assommé »,  l’APC et surtout son président. S’agissant des actions prioritaires, il est convenu d’activer le chantier de remise en état de la  salle de cinéma « Marhaba », fermée depuis longtemps. Elle aura pour vocation d’accueillir des spectacles de théâtre pour enfants, de formation des jeunes à la pratique des marionnettes et d’autres expressions  artistiques.
Mais faute de crédit, la commune n’a pu réceptionner  cette salle de spectacles pour enfants.  En d’autres termes, il ne faut pas tant espérer. Pour les veillées de Ramadhan, la population a la programmation du Théâtre Régional Abdelkader Alloula  et les longues promenades sur le boulevard du Front de mer et le long de la Route des Falaises, très prisées par la gente féminine.
Abdallah.B