dimanche , 16 juin 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Inondations au Sud du pays</span>:<br><span style='color:red;'>La région de Djanet la plus touchée</span>

Inondations au Sud du pays:
La région de Djanet la plus touchée

La wilaya d’Illizi connaît, depuis plusieurs jours, des inondations importantes ayant causé d’importants dégâts matériels et perturbant l’alimentation en eau et en électricité ainsi que la circulation routière.

Ainsi, la cellule de communication de la wilaya d’Illizi a indiqué dans un communiqué qu’une cellule de crise a été installée à cet effet, avec pour objectif de suivre la situation et d’évaluer les dégâts. Une gestion qui, semble-t-il, est loin d’aller au profondeur de cette problématique qui a causé des dégâts humains et matériels très importants lors des inondations dévastatrices qu’a connu la wilaya d’Illizi en 2006.
La région du sud du pays, en pleine saison de pluies, a vu nombre de ses cours d’eau entrer en crue à cause des fortes précipitations enregistrées depuis début juin. Le chef-lieu de wilaya et la ville de Djanet ont été particulièrement touchés et des dégâts sur des habitations, des infrastructures, notamment des routes, y ont été enregistrés. Les agriculteurs et éleveurs de la région ont déploré des dégâts ayant touché leurs cultures et troupeaux.
Les éléments de la Protection civile et ceux de l’Armée nationale populaire ont dû intervenir dès les premiers jours des inondations, souvent pour évacuer des citoyens encerclés par les eaux ou pour acheminer des vivres à d’autres. La montée soudaine des eaux dans certaines régions a surpris des citoyens qui ont dû être secourus par la Protection civile et l’Armée. Le vendredi 7 juin, des bédouins nomades coincés par les eaux à Oued Takhemalt ont dû être évacués par un hélicoptère de l’Armée.
Sur les réseaux sociaux, les citoyens de la région dénoncent le manque de moyens disponibles pour porter secours aux victimes des inondations et rétablir une situation normale dans la ville de Djanet et ses alentours. Le manque de couverture médiatique des inondations a également été pointé du doigt par les habitants de la wilaya.
En fait, selon les schémas prospectifs d’aménagement et du développement durable du plan d’aménagement du territoire de la wilaya d’Illizi, adopté en 2016 : «Les zones de Djanet et Illizi, en raison de leurs topographies/défavorables, sont des zones d’accumulation et de crues, fortement exposées aux inondations où les populations, les infrastructures de communication et les terres agricoles subissent souvent des dégâts importants».
Les régions sahariennes connaissent chaque année des inondations causant des pertes humaines et matérielles. Cette année, fort heureusement, on n’a pas enregistré des pertes humaines mais plutôt des dégâts matériels entre les maisons, véhicules et animaux.
Noreddine Oumessaoud