jeudi , 17 août 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Lutte contre l’immigration clandestine</span>:<br><span style='color:red;'>La sécurité et la stabilité de l’Algérie doivent être préservées</span>
© D.R

Lutte contre l’immigration clandestine:
La sécurité et la stabilité de l’Algérie doivent être préservées

Pour le traitement du dossier des migrants clandestins subsahariens, l’Algérie devrait préserver sa stabilité et sa sécurité en se référant aux chartes internationales.

L’épineux dossier des immigrants clandestins venus principalement des pays subsahariens et de l’Afrique de l’ouest, sera traité en concomitance avec les textes de lois et chartes internationales ratifiés par l’Algérie. La prise en charge de ces migrants doit être accompagnée par la lutte sans merci contre les réseaux de criminalité qui exploitent les femmes et les enfants issus de cette frange. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire Nouredine Bedoui en visite à Ain Salah.
«L’Algérie est déterminée à prendre toutes les mesures légales en accord avec les chartes internationales pour «préserver la sécurité et la stabilité de ses frontières» a-t-il affirmé. «Nous sommes déterminés à prendre toutes les mesures légales en conformité avec les chartes internationales pour la préservation de la sécurité et de la stabilité de l’Algérie et la protection de ses frontières» a indiqué M. Bedoui lors d’une réunion avec les cadres de cette wilaya déléguée, en réponse aux préoccupations des présidents d’APC quant à l’augmentation de l’immigration clandestine.
M. Bedoui a rappelé que la commission nationale chargée du dossier, «avait pris des mesures strictes en vue d’éradiquer les réseaux criminels qui se livrent au trafic et à l’exploitation des femmes et des enfants sur notre territoire, à des fins criminelles» soulignant que certains de ces criminels ont été arrêtés l’année dernière». «Nous continuerons dans ce sens avec plus de fermeté» a-t-il martelé. Il a en outre précisé que «ces groupes qui se trouvent au niveau des frontières avec le Niger et le Mali, travaillent fort malheureusement avec des Algériens». «Toutes les mesures strictes seront prises pour venir à bout de ce phénomène et préserver notre sécurité et notre stabilité» a-t-il soutenu précisant que «cette démarche se fera en coordination avec le ministère des Affaires étrangères et ses homologues du Niger et du Mali et plusieurs autres pays africains».
Il est à rappeler enfin, que les des opérations de rapatriement de ressortissants nigériens en situation irrégulière en Algérie ont été entamées le 1er août dernier. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, avait annoncé que «Dans l’objectif de mieux faire face au phénomène de l’immigration irrégulière et lutter contre les réseaux de la traite des personnes, les autorités algériennes ont décidé, en étroite coordination avec leurs homologues nigériennes, de la reprise, à compter du 1er août 2017, des opérations de rapatriement de ressortissants nigériens en situation irrégulière en Algérie».

Alger: Samir Hamiche