dimanche , 15 décembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Désinfection des réservoirs métalliques sur le tracé du MAO</span>:<br><span style='color:red;'>La SEOR veut en finir avec le problème de l’eau de robinet de couleur rougeâtre</span>
© illustration

Désinfection des réservoirs métalliques sur le tracé du MAO:
La SEOR veut en finir avec le problème de l’eau de robinet de couleur rougeâtre

Une vaste campagne de nettoyage et de désinfection des réservoirs et des conduites métalliques situés sur le tracé du transfert des eaux Mostaganem/Arzew/Oran (MAO) est menée actuellement par la SEOR dans le but de régler le problème du changement de la couleur d’eau constaté récemment dans de nombreux quartiers de la ville.

Cette opération qualifiée de grande envergure par la société de l’eau et de l’assainissement d’Oran va concerner toutes les structures métalliques du transfert MAO et d’importants moyens humains et matériels sont mobilisés pour réussir ce défi, précisent des sources bien informées. Les équipes techniques sont actuellement au niveau du réservoir d’Aïn El Bia d’une capacité de 50.000 mètres cubes et les travaux de nettoyage et de désinfection seront étendus au fur et à mesure à tous les réservoirs.
Les analyses physico-chimiques effectuées par la SEOR sur l’eau de robinet ont révélé récemment que l’origine du changement de la couleur est due au « taux de Fer élevé (variant entre 0,2 et 0,5 mg/l) par rapport à la norme CMA fixée à 0,3 mg/l (Concentration Maximale Admissible) ». Selon les résultats de ces analyses, le « fer » est l’unique paramètre enregistrant un dépassement parmi 62 autres qui constituent les éléments de l’analyse physico-chimique. « Ce phénomène est causé par un mélange des eaux de barrages avec les eaux dessalées donnant une eau de faible dureté (eau douce) causant ainsi des agressions des conduites en acier par réaction chimique. Le dépassement a provoqué le changement de la couleur de l’eau vers jaunâtre à rougeâtre selon le taux de fer.
Le fer n’est pas dangereux pour la santé, sa concentration maximale admissible est mentionnée dans le décret comme valeur indicative où il est indiqué que l’eau cesse d’être conforme seulement par rapport aux valeurs limites et non aux valeurs indicatives, c’est pourquoi la SEOR n’a pas procédé à la suspension de l’AEP. De ce fait, plus de 1 900 Km de réseaux de production et de distribution sans compter les colonnes montantes, ont été inspectés via le système information géographique (SIG) permettant ainsi l’identification et l’isolation des tronçons suspects (acier et fonte). Des opérations de nettoyage et de rinçage ont été réalisées sur ces tronçons résultant l’élimination de la couleur au niveau de certains points et d’autres sont en voie de traitement définitif », affirme la SEOR.

H.Maalem