jeudi , 14 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>La consommation de cocaïne prend de l’ampleur chez les jeunes</span>:<br><span style='color:red;'>La sonnette d’alarme est tirée</span>

La consommation de cocaïne prend de l’ampleur chez les jeunes:
La sonnette d’alarme est tirée

A travers les saisies de plus en plus fréquentes de cocaïne, nous ne pouvons que constater que la consommation de cette drogue touche actuellement toutes les couches de notre société, notamment, les couches populaires et voir ainsi son prix chuter. En effet, selon les premières estimations, le gramme était cédé entre 8000 et 12 000 dinars. Mais parle-t-on là de cocaïne pure car le gramme pur peut être coupé par dix fois son poids et être revendu au même prix. Un simple petit calcul nous apprend qu’il s’agit d’un marché de contrebande juteux.

A en croire les dernières saisies opérées à Oran, on a bien l’impression que la coc,  la neige, ou encore la blanche telle qu’elle est appelée dans certains milieux commence à être très prisée à Oran. Dans le passé, on ne parlait que de quelques grammes saisis mais à présent, c’est par kilogrammes que les saisies se font à Oran. Les jeunes gens arrêtés avec quelques grammes, une fois devant le tribunal, plaident la consommation. Si dans le passé, la condamnation était lourde pouvant aller jusqu’à dix ans de prison ferme pour quelques grammes, à présent, certains de ces jeunes arrêtés en possession avec une quantité infime de cocaïne écope de peine allant de 2 à 3 ans de prison ferme. Une situation qui fait tirer la sonnette d’alarme. En effet, il s’agit de drogue dure et dont les conséquences et accoutumances sont des plus redoutables. Si de telles saisies ont peut être opérées, cette drogue est présente en Algérie.
La cocaïne est un alcaloïde tropanique extrait de la feuille de coca. Psychotrope, elle est un puissant stimulant du système nerveux central, et sa consommation est addictive. Elle constitue également un vasoconstricteur périphérique. Elle est classifiée comme stupéfiant par la convention unique sur les stupéfiants de 1961 de l’ONU. Les produits de coupe sont susceptibles d’en accroître les dangers par une potentialisation des effets ou par une interaction entre deux produits.
F.Abdelkrim