mardi , 25 septembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Agriculture </span>:<br><span style='color:red;'>La valeur de la filière avicole a atteint 155 milliards de DA en 2017</span>
© D.R

Agriculture :
La valeur de la filière avicole a atteint 155 milliards de DA en 2017

Le ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi, a indiqué samedi à Alger, que la filière avicole a connu depuis quelques années une progression très remarquable.

Ainsi, il dira que la valeur de production nationale de la viande blanche a atteint 155,5 milliards de dinars en 2017 contre de 54,8 milliards de dinars en 2009 soit une progression de 184%. Le ministre qui intervenait samedi lors d’une Journée Nationale d’Etude sur la Filière Avicole, a précisé que la filière avicole participe à hauteur de 5% de la production du secteur agricole.
«La production de la viande blanche est passée en 2009 de 2,092 à 5,3 en 2017 soit une progression de 153%», indique le ministre qui souligne que l’élevage et la production de la viande blanche se fait à travers 1322 communes au niveau national, mais précise-t-il, 1/3 (1,6 million de quintaux) de la production national est réalisé dans seulement 4 wilayas à savoir Batna, Sétif, Bouira et Médéa. «Durant les dix dernières années, la filière avicole a enregistré un progrès de 10,3% dans la filière blanche et 6,2% des œufs destinés à la consommation», explique-t-il.
Selon M. Bouazghi, l’Algérie a arrêté d’importer les viandes blanches. Par contre, rappelle le ministre, l’Algérie exporte quelques produits à savoir les œufs de consommation, les pattes des poules, vers notamment le Qatar, la Chine et le Vietnam. Il dira aussi que la valeur des importations des différents produits alimentaires pour la filière avicole, ont connu une baisse remarquable durant les 3 dernières années, soit moins de 25%. Par ailleurs, le ministre dira que le secteur avicole emploie aujourd’hui, environ 500 000 personnes et 30 000 éleveurs.
Le ministre a rappelé le rôle important des Conseils interprofessionnels. L’organisation du secteur à travers l’instauration des Conseils interprofessionnels cible d’abord les filières stratégiques afin de renforcer leurs bases productives pour pouvoir assurer la sécurité alimentaire du pays et sa croissance économique, a expliqué Bouazghi. «La contribution de ces espaces de concertation interprofessionnels regroupant l’ensemble des opérateurs économiques et des institutionnels, est fondée sur une volonté d’impliquer les différents maillons d’une filière dans les problématiques et les enjeux de la filière aux stades de la production, de la transformation, de la commercialisation, de la régulation et de la distribution», explique le ministre. D’ailleurs, selon lui, pas moins de 14 Conseils interprofessionnels de différentes filières agricoles ont été installés dans le cadre de la réorganisation du secteur.

La CNMA sensibilise les aviculteurs

Par ailleurs, le directeur général de la Caisse Nationale de Mutualité Agricole (CNMA), Chérif Benhabiles, a indiqué que le taux des cotisations des aviculteurs demeure très minime, tournant entre 6 et 7%. D’ailleurs, durant les 4 dernières années, la CNMA à indemnisé aux aviculteurs entre 2 à 3 milliards de dinars. Notre interlocuteur dira que ce taux est faible et ce, vu la faible cotisation des aviculteurs, dont la majorité, rappelons-le, active dans l’informel. Donc, automatiquement, dira M. Benhabiles, la CNMA ne peut pas prendre en charge les personnes activant dans l’informel. Le responsable indiquera le taux de cotisation des agriculteurs en général est estimé à 28% et que les remboursements faits par sa Caisse pour l’indemnisation des sinistres le secteur en question durant les 4 dernières années, est estimé à 17 milliards de dinars. Afin d’attirer plus de cotisants, notre interlocuteur prévoit des campagnes de sensibilisation auprès des aviculteurs.
D’ailleurs, la CNMA qui a pris part à la Journée Nationale d’Etude sur la Filière Avicole, a signé une convention d’Assurance avec le Conseil interprofessionnel de la filière avicole. Cette convention qui vient suivre les orientations du ministre de l’Agriculture du Développement Rural et de la Pêche, ambitionne à concrétiser la volonté au plus haut niveau du ministère en mettant en exergue la politique de la production avicole et ce, par des avantages et tarifs préférentiels.
Cet événement vient pour exposer la situation de la filière avicole en Algérie et ce, à travers diverses communications concernant le volet de l’alimentation et la santé animale, le financement et les investissements de cette filière ainsi que les services y afférents en mettant en évidence les produits mis en place de la CNMA.
En effet, la CNMA s’engage, à travers son réseau de 67 Caisses Régionales et 452 Bureaux locaux, à assurer la couverture de l’ensemble des risques inhérents aux activités et au patrimoine du CNIFA en proposant aux aviculteurs des couvertures assurancielles couvrant les Risques liés à la mortalité comme les maladies qu’elles soient d’origine infectieuse, parasitaire ou métabolique ainsi que les responsabilités. Aussi, la CNMA est disposée à proposer sa participation et son intervention par le biais de son personnel technique, ou de tout autre expert, pour l’évaluation, l’actualisation, la prévention et la protection des biens assurés et ce, dans les délais les plus courts. Il est à rappeler, que la CNMA est toujours présente pour assurer la pérennité de l’activité des agriculteurs et la préservation de leurs revenus.
Alger: Noreddine Oumessaoud