mercredi , 19 février 2020

...:
La voix de l’Algérie dans le dossier libyen

Le tout récent déploiement que connaît la crise libyenne, montre toute la perspicacité et la détermination de la diplomatie algérienne. Amener une majorité de membres de l’Onu à considérer qu’une action armée dans ce pays n’est pas la solution idoine, est véritablement une grande victoire pour l’Algérie. Il faut dire que cette thèse vient contrer celle défendue par la toute puissante Turquie qui se place en agresseur dans cet important pays d’Afrique du Nord. Mais l’Algérie n’entend pas se contenter d’un soutien politique de l’UE et de l’UA. Une invitation a été adressée au président de la Turquie, histoire de le convaincre définitivement du risque que fait peser l’ingérence étrangère en Libye sur la stabilité de toute la région. Il est évident qu’ayant bien appris les leçons syrienne et irakienne, les Occidentaux excluent le déploiement de leurs troupes au sol. Le dire à la Turquie ne semble pas suffire. Ils comptent donc sur la force de persuasion de la diplomatie algérienne pour désamorcer la «bombe turque».
Il faut dire que l’approche va-en-guerre qui n’arrange pas les affaires des pays du Champ qui en commun la région du Sahel, ne devra pas trouver le chemin de sa réalisation sur le terrain. C’est une perspective exclue pour la Tunisie, l’Algérie, le Mali et l’ensemble des voisins de la Libye. A contrario et depuis l’entrée en scène de l’Algérie, c’est l’option politique qui reprend le dessus. D’ailleurs, un fait majeur s’est produit très récemment et qui vient appuyer la thèse algérienne d’une issue pacifique au problème créé par les Occidentaux eux-mêmes en attaquant la Libye. Le fait majeur en question, est la décision de renforcer l’embargo sur les armes, avec une sérieuse mise en garde adressée aux alliés du maréchal Haftar. L’Algérie qui est en contact quasi-permanent avec les représentants de l’ensemble des tribus libyennes, voit ses thèses confortées. Celles-ci militent en faveur d’un dialogue inclusif qui défendra impérativement l’unité territoriale de la Libye. Les Libyens soucieux de l’intérêt de leur pays, cautionnent la démarche d’Alger qui, de fait, devient leur porte-parole, en ce sens que les authentiques patriotes de ce pays n’ont à ce jour, pas droit à la parole et la posture que prend l’Algérie exprime leur désir profond.
Il faut dire, à ce propos, que la dynamique qu’a enclenchée l’Algérie, constitue une avancée certaine dans le dossier libyen. Désormais, la population et les patriotes de ce pays voisin, disposent d’un véritable allié dans la région et pourront par leurs propres moyens, venir à bout de la guerre. Cela, si le plan de sortie de crise proposé par l’Algérie est effectivement mis en œuvre. Cela dit, la partie ne sera certainement pas facile, mais c’est infiniment plus juste qu’une intervention étrangère.
Par Nabil.G