vendredi , 15 décembre 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Elections locales</span>:<br><span style='color:red;'>L’administration teste sa crédibilité</span>
© D.R

Elections locales:
L’administration teste sa crédibilité

L’enjeu est, en effet, majeur et le citoyen qui attend une amélioration de sa vie quotidienne devrait trouver dans ses représentants la solution à ses problèmes. C’est là la définition même d’une démocratie apaisée et assumées par tout. 

Marquée par une actualité financière dominante, la scène nationale a du mal à se tourner vers le second événement électorale de l’année. Les élections locales n’arrivent toujours pas à passer au devant de la scène médiatique, malgré l’éminence du rendez-vous, fixé au 23 novembre prochain. L’administration qui s’illustre par une neutralité remarquable dans le traitement des dossiers de candidatures s’est même «permis» de défier le premier parti politique du pays, en en rejetant plusieurs listes dans de nombreuses communes et wilayas. Cette nouvelle posture de l’administration devrait renforcer la crédibilité du scrutin aux yeux des citoyens.
Il faut dire également que la position équidistante des pouvoirs publics part rapport aux acteurs politiques donnent plus de tonus aux propos du ministre de l’Intérieur qui sillonne le pays depuis plusieurs jours, veillant au bon déroulement du processus électorale. A ce propos justement, Noureddine Bedoui, a appelé les partis politiques à leur responsabilité historique. Il a plaidé en faveur de «programmes prometteurs» que les partis sont censé défendre lors de la campagne électorale. L’objectif de la démarche, consiste, selon le ministre à «renforcer le socle démocratique et consacrer les nouvelles valeurs constitutionnelles». L’enjeu est, en effet, majeur et le citoyen qui attend une amélioration de sa vie quotidienne devrait trouver dans ses représentants la solution à ses problèmes. C’est là la définition même d’une démocratie apaisée et assumées par tout. Ce qui fait dire à M.Bedoui que «les prochaines élections locales sont une opportunité pour consolider l’expérience démocratique et consacrer les nouvelles valeurs instituées dans la nouvelle constitution par le président de la République.» Pour ce faire, le ministre estime que «les partenaires politiques (partis) sont appelés à présenter des programmes électoraux prometteurs en prévision de la campagne électorale qui s’ouvrira dans les semaines à venir».
Il reste que la crédibilité d’un scrutin reste le taux de participation des électeurs. Une responsabilité que se partagent les acteurs politiques qui n’usent pas toujours de démarches modernes et attractives pour amener les citoyens à s’intéresser à leurs programmes. Et souvent même, le programme est irréalisable. D’où les interpellations du ministre de l’Intérieur à l’endroit des partis, mais aussi en direction des électeurs qu’il appelle à «se rendre massivement aux urnes». Ce rendez-vous électoral «revêt une importance particulière», vu qu’il permettra d’élire des assemblées locales qui auront à relever de nombreux nouveaux défis dans le cadre de la mise en place d’une nouvelle loi relative aux collectivité locales qui «consacrera la décentralisation, de l’application de la nouvelle politique économique et d’un nouveau système fiscal fondé sur l’initiative locale», a-t-il précisé.
M.Bedoui a souligné que la réconciliation nationale initiée par le président de la République et plébiscitée par le peuple algérien représente aujourd’hui une valeur humaine «à dimension universelle et demeure un modèle pour tous les pays du monde qui aspirent à la paix et à la stabilité». Les Algériens sont donc invité à donné à la réconciliation nationale un prolongement concret sur le terrain démocratique. Ce sont des institutions élus crédibles qui renforceront la réconciliation nationale.

Alger: Smaïl Daoudi