lundi , 21 janvier 2019

...:
L’Algérie est une et restera indivisible

Les informations inquiétantes qui nous parviennent des frontières sud et qui confortent l’idée selon laquelle le pays est toujours ciblé par le terrorisme international, amènent à penser que l’Algérie n’est pas encore sortie de l’auberge. Même si la société a réussi à déjouer tous les plans imaginés ici et ailleurs pour provoquer l’implosion du pays, elle reste encore la cible d’autres tentatives, de plus en plus «pointues» et forcément de mieux en mieux élaborées.
Ainsi, après la guerre totale contre le terrorisme et le printemps noir d’où l’Algérie s’est sortie plus forte et plus unie, elle continue à faire l’objet de nouvelles tentatives de déstabilisation à travers d’autres approches s’inspirant assez fortement du printemps arabe. Il faut dire qu’après la défaite cinglante des gourous de la «révolution» syrienne, ils cherchent visiblement à la reproduire en Algérie, en y introduisant leurs mercenaires.
Les groupes de terroristes de l’ASL cité clairement par le ministère de l’Intérieur, existe bel et bien et comptait certainement entrer en action. Il faut bien reconnaître que certains faits, la manière de leur médiatisation et le discours qui les porte, ressemblent assez étrangement à ce qui s’est fait dans les pays arabes quelques mois avant les grands soulèvements populaires. Sauf que chez nous la situation est différente, en raison des expériences vécues par le peuple. Ce dernier, reste tout à fait imperméable à certaines actions de déstabilisation.
Mais ce ne sont pas ce genre de contraintes qui décourageraient les cercles hostiles à l’Algérie. Ils cherchent encore la faille et, à défaut d’allumer le feu de l’intérieur, ils ont entrepris d’acheminer des terroristes à partir de la frontière sud du pays. Cela, dans l’espoir de provoquer eux-mêmes la fissure dans le corps social et politique de ce pays. Ils ont donc cherché et pensent avoir trouvé quelque chose. Peut-être une complicité qu’il va falloir découvrir et anéantir. Ils sont peut-être déjà en opération. Et le ministère de l’Intérieur ne se trompe pas en mettant la question sur la place publique. Les Algériens sont ainsi mis au courant du risque potentiel. Les relais des «gourous» sont présents en Algérie. Pour preuve, ils maintiennent leurs instructions d’ailleurs. Seulement, jusque-là, ils se trompent encore une fois, puisque l’Algérie est une et restera indivisible. Sa destinée n’est pas de finir morcelée. A bon entendeur…

Par Smaïl Daoudi