vendredi , 19 avril 2019

L’aménagement contesté de la forêt de Canastel

Réagissant à juste titre aux appels lancés sur les réseaux sociaux pour demander de «mettre fin aux agressions commises contre la forêt de Canastel», le Wali d’Oran a ordonné l’arrêt des travaux d’aménagement lancés par la Conservation des forêts au niveau de ce site naturel très prisé par les oranais. Une sage décision préventive en attendant de plus amples informations sur la réelle portée des revendications avancées. Selon des internautes, des arbres auraient été coupés et la couverture végétale serait gravement menacée par les travaux en cours dans cette forêt urbaine de Canastel, située à l’est de la ville. Des travaux entamés dans le cadre d’un projet de réalisation d’une forêt récréative comprenant des aires de détente et des jeux pour enfants, des équipements de parcours de santé, des stations de sports collectifs, des terrains de pétanque, et d’autres aménagements dont un parking, une route piétonnière de 1,3 km le long du littoral. L’objectif de ce grand projet d’aménagement de la Forêt El Minzah, annoncé il y a plus d’un an, serait de préserver le site contre toute forme de prédation foncière et de le mettre au service de la population oranaise à travers «des aménagements et équipements permettant la promenade, la détente, le sport et les loisirs». Et parmi les acteurs sociaux et les élus, personne ne remettait en cause ce projet devant à l’évidence modifier le rôle et le statut de cette forêt urbaine de Canastel, longtemps oubliée et souvent agressée. Seuls quelques «mauvaises langues» locales n’ont pas manqué de critiquer abusivement l’administration des forêts et sur le manque de clarté et de transparence qui entourait ce projet en terme d’impact sur la surface boisée et l’éco-système. Pourquoi, au départ, ne pas avoir impliqué lors des études, tous les acteurs concernés par la protection de cette forêt, ne serait-ce que pour définir ensemble et cerner le nombre d’arbres et arbustes devant être coupés ainsi que la surface végétale devant être consommée. Sans parler de la porte laissée ouverte aux commentaires tendancieux sur la destinée de ce projet de forêt récréative «qui ne pourrait être convenablement géré que par un opérateur privé…». On peut, cependant, applaudir et soutenir ce projet d’aménagement de la forêt de canastel devant permettre, en effet, d’intégrer cette zone boisée à la Cité et de la protéger contre les effets néfastes causés par l’incivisme et la délinquance sur une grande partie de la forêt. En la matière, les experts de la Conversation Foncière maîtrisent leur sujet, mais en termes d’annonces et de communication sur le projet, il semble bien qu’ils ont été dépassés par la propagation des messages réducteurs à travers les réseaux sociaux. «Des arbres sont coupés pour être vendus…» pouvait-on ainsi lire sur des posts publiés par des anonymes. Alors que l’administration forestière indique qu’il s’agit d’arbustes morts et de bois sec stocké devant être enlevé. En réalité, pour d’égoïstes raisons de voisinage et «d’usage réservé» de cette zone boisée, certains voudraient bien garder cet espace hors de portée de la population oranaise. Parmi les «Amis de la forêt de Canastel», un cercle auto-institué, beaucoup pensent pouvoir garder cette grande zone boisée sous leur seule tutelle, au nom d’on ne sait quelle légitimité.

Par S.Benali