jeudi , 14 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Garantir un scrutin présidentiel transparent</span>:<br><span style='color:red;'>L’ANIE multiplie les déclarations rassurantes</span>

Garantir un scrutin présidentiel transparent:
L’ANIE multiplie les déclarations rassurantes

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi, a multiplié les sorties médiatiques et les annonces sur les mesures «strictes» visant à garantir une présidentielle transparente, sans fraude ni bourrage des urnes.

Pour convaincre les Algériens et leur fournir une garantie quant à la réussite d’une mission qualifiée de difficile et leur assurer que les voix des électeurs ne seront pas «détournées», lors de la compétition présidentielle, prévue pour le 12 décembre prochain, l’instance a usé de la communication et de l’argumentatif.
Conscient de la lourde tâche qui pèse sur lui et son équipe, le président de l’ANIE, Mohamed Charfi, a d’abord répondu aux critiques dont fait l’objet son instance. Ainsi, depuis sa prise de fonction au mois de septembre dernier, M. Charfi a défendu bec et ongle le caractère indépendant de l’instance. Cette affirmation est réitérée à chaque fois qu’une occasion se présente. Ce fut ainsi le cas lors de l’installation des différents délégués de wilayas où M. Charfi aimait à répéter que l’ANIE «jouie de toutes les prérogatives» que lui confie le ministère de l’Intérieur, lui «permettant de mener à bien sa mission».
Il convient de rappeler dans ce sillage que le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, «a instruit le gouvernement d’accélérer le parachèvement du transfert des prérogatives de l’organisation et de la surveillance du scrutin à l’ANIE, conformément aux deux textes de loi adoptés lors du dernier Conseil des ministres, tenu le 09 septembre 2019», insistant sur «l’impératif d’assurer l’accompagnement et l’aide nécessaires à l’ANIE afin de lui permettre de s’acquitter de ses missions dans les meilleures conditions», a indiqué la Présidence de la République dans un communiqué.
M. Charfi avait assuré que l’ANIE a réussi à installer les délégués et représentants dans les 48 wilayas, assurant avoir la couverture de tout le territoire du pays. Il a déclaré à la presse que «L’opération de désignation des délégués dans les wilayas prendra une semaine et je me chargerai d’installer ces représentants dans leur fonction. Suivant ce programme tracé par l’Autorité nationale indépendante des élections, l’ensemble des wilayas seront dotées de représentants d’ici vendredi prochain».
En plus de l’Algérie, l’instance a assuré qu’elle aura à surveiller les élections présidentielles dans les pays où la diaspora est établie.
Dans ce sens, Karim Khelfane, membre de l’ANIE, a indiqué sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, concernant l’opération de vote de la communauté nationale établie à l’étranger, qu’il s’agit «d’un prolongement territorial de l’instance», assurant que la même démarche sera entreprise à l’étranger.
Par ailleurs, l’ANIE pour faire part de sa capacité à réussir sa mission a annoncé une autre mesure supplémentaire. Il s’agit du lancement d’une série de formations au profit des représentants de l’ANIE pour les informer de leurs prérogatives.
Une autre annonce de l’instance consiste en la mobilisation de «500 000 autres personnes qui seront engagées par l’ANIE pour préparer et encadrer le scrutin du 12 décembre prochain », a rapporté la Radio nationale.
Par ailleurs, M. Charfi avait défendu, ces dernières semaines, les capacités d’aboutir à l’organisation d’un scrutin transparent, en invitant les citoyens et les jeunes du mouvement populaire à prendre part au processus électoral à travers l’encadrement des opérations de vote, la surveillance des bureaux et le suffrage des urnes.
Ainsi, lors d’une conférence de presse tenue, le 6 octobre dernier, M. Chorfi avait affirmé que son Instance «fera tout pour pouvoir organiser des élections présidentielles transparentes».
À la même occasion, le président de l’ANIE avait appelé «les jeunes du mouvement populaire à encadrer les bureaux de vote, lors du prochain scrutin présidentiel, en s’inscrivant dans les listes des personnes dont la mission est d’encadrer les opérations de vote ainsi que le suffrage des urnes».
Samir Hamiche