dimanche , 17 novembre 2019

L’assainissement du foncier industriel

Lors de la récente conférence de presse animée au siège de la Wilaya, le Wali d’Oran avait présenté les grandes lignes du bilan d’activité et des actions engagées dans les différents secteurs du développement local. Les observateurs ont, notamment, retenu les décisions prises en matière d’assainissement du foncier industriel et récupération de tous les terrains attribués à des investisseurs et qui n’ont toujours pas été exploités. M. Cherifi Mouloud a indiqué que la Commission de wilaya chargée de ce dossier a effectué, depuis le 13 novembre 2018, plusieurs sorties qui ont permis de contrôler 375 sites affectés à un investissement et répartis sur 6 communes. L’opération s’est soldée par la mise en demeure de 302 investisseurs, l’annulation de 84 actes de concession et la récupération de 110 ha de terrains industriels non exploités. Il faut noter que cette procédure de récupération des assiettes affectées à un investisseur «défaillant» est désormais rendue possible grâce à la nouvelle réglementation instituant la mise en concession du terrain et non le transfert de propriété.
Le Wali d’Oran avait également signalé que depuis l’an dernier, pas moins de 837 projets ont été validés et agréés, pour une surface totale de plus de 1.214 ha. Ces projets d’investissement retenus totalisent un montant global de 295 milliards de DA avec la création, à moyen terme, de 64.000 emplois. Selon des sources proches du dossier, on indique que durant la dernière décennie écoulée, prés de 700 assiettes foncières ont été attribuées par la wilaya d’Oran, dont prés de 500 durant la période de gestion du dossier d’affectation du foncier par le fameux CALPIREF. Interpellé par un groupe d’opérateurs et «hommes d’affaires» regroupés en «Club des entrepreneurs et investisseurs d’Oran», le Wali d’Oran les avait rassurés sur la disponibilité du foncier industriel, assurant que tous les efforts sont engagés pour répondre aux quelques 500 demandes actuellement en instance. Il faut citer dans ce cadre la réalisation en cours de la nouvelle zone industrielle de 600 Ha à Tafraoui et les opérations de viabilisation de différentes zones d’activités qui mobilisent d’importants crédits.
Cependant, les observateurs avertis auront noté que le premier responsable local n’a pas caché une pointe de regret et de désappointement face à ces nombreux projets d’investissement privés qui sont loin d’être conformes aux attentes et aux objectifs déclarés. Malgré tous «les efforts menés par les pouvoirs publics, en matière de facilitation de l’octroi du foncier, des avantages fiscaux et parafiscaux accordés, les projets concrétisés sont au-deçà de nos espérances» avait poliment déclaré le wali d’Oran… De leur coté, les «mauvaises langues» locales ne cessent de critiquer et de dénoncer bien plus sévèrement tout le système de prédation jusqu’ici organisé sur le patrimoine foncier, industriel, urbain et agricole.

S.Benali