jeudi , 2 avril 2020

...:
Le confinement face au manque de patriotisme

Le dépassement de l’angoisse, c’est maintenant ou jamais ! Il importe de se faire à l’évidence, aucune parcelle de terre dans la planète n’est épargnée et la vision hallucinée de la peste habite les esprits.
Aujourd’hui, 175 pays dans le monde se battent pour endiguer la brutale épidémie du coronavirus, dont notre pays, poussé aux premières lignes avant sans qu’il ne soit invité. Depuis le tsunami chinois de Wuhan en décembre 2019, 430.000 personnes contaminées sèment la peur et 19.000 patients sont décédés. On devrait remercier Dieu que notre situation sanitaire ne se confond pas avec l’Europe toute proche, ou les Etats Unis qui comptent, statistiques du mercredi 25 au matin, 53.308 cas confirmés et 709 morts. Donald Trump qui fanfaronnait face au désarroi de ses pairs du vieux continent est désarçonné. Le nouveau pensionnaire du 10 Downing Street de Londres, lui aussi perd de sa superbe et recolle à l’Europe dans sa stratégie de confinement. En fait, à voir la légèreté des dispositifs dressés pour parer à l’implacable progression du Covid-19, on douterait des progrès espérés dans la gestion de cette crise. Le débat fait rage entre les scientifiques, alors que la contagion avance inexorablement.
Dans la frénésie d’élever une barrière insurmontable et imperméable au virus venu d’Asie, de vielles alternatives thérapeutiques sont lancées dans ce brûlot. De célèbres virologues, des monstres patentés de l’infection, des professeurs aguerris dans ces techniques de pointe, s’embarquent dans la dispute en livrant les malades au glaive du virus, jusque là insaisissable. Les médecins des premières lignes eux, abattent un travail épique pour tout ce qui est suspect de contamination, en ne transigeant sur aucune consigne. En premier chef, celle du confinement, une ligne de conduite vitale, obligatoire et source de guérison. Ce dispositif qui se résume seulement à rester chez soi le temps décidé par les opérateurs politiques et sanitaires, n’est pas du goût des populations. Un écueil presque inamovible pour l’ensemble des systèmes de santé internationaux en guerre contre le covid- 19.
Des quatre coins de la planète en épidémie, l’indiscipline des citoyens irrite les hauts responsables en charge d’étouffer la propagation de la maladie, gêne le travail des soignants et plus grave, n’accepte pas l’idée que chacun de nous pourrait être vecteur de contamination. «Ça n’arrive qu’aux autres» : Ils sont des milliers qui se la jouent sûrs d’eux, faussement intrépides, totalement désinvoltes face aux dangers incommensurables qui guettent notre pays. Ces profils d’adolescents incultes, totalement inconscients, méprisent les orientations et les mesures de base pour endiguer l’épidémie sur notre territoire, dont le confinement. Dans les conditions actuelles de lutte contre la contamination, le confinement reste la seule, l’unique, la plus efficace parade pour, au minimum, ralentir la propagation du virus. C’est soit nous plier à ce leitmotiv de « rester chez soi », soit la dérive totale, avec une situation incontrôlable. Alors, à tous ceux qui regardent le mot d’ordre «Rester chez vous» avec un sourire de Ponce Pilate, ils doivent descendre de leurs nuages. En restant à la maison, ils aideront ceux qui tentent désespérément à sauver des vies, à guérir les porteurs du virus, à définir qui est malade ou qui reste sain.
Surtout que cette tâche en Algérie ne donne pas l’impression d’être aussi inaccessible que pour les impressionnants foyers d’épidémie de l’Europe, ou anciennement de la Chine. Il importe que chaque citoyen le sache : c’est ou le confinement, ou l’anarchie. Et on n’a pas besoin de forcer nos services de sécurité de courir après les indisciplinés inconscients et véreux pour qu’ils s’alignent sur le mode comportemental en vigueur aujourd’hui dans toute la planète.
Je termine par cette information qui, hélas, méritait d’être diffusée en boucle telle une pub, afin de réveiller les récalcitrants:
En décembre 2019, le coronavirus jaillit de la ville chinoise de Wuhan, 40 millions d’habitants. C’était une véritable bombe à neutron. Les autorités de Pékin ont décrété le confinement de toute la région et ses 40 millions, jusqu’à nouvel ordre. Deux mois et demi plus tard, le 17 mars dernier, la Chine déclarait qu’aucun nouveau cas de covid-19 n’a été enregistré. Mieux, depuis le lundi 23 mars courant, les 40 millions de riverains de Wuhan retrouvent une vie normale. Même la muraille de Chine a été rouverte pour les visites.
Plus que de la discipline, on appelle du patriotisme. Une mobilisation autour d’un objectif qui implique toutes les populations algériennes. Aujourd’hui, face à l’ennemi invisible, tous les Algériens patriotes doivent s’affranchir d’un rôle, celui d’aider nos soldats des hôpitaux et des salles de réanimation, conformément au serment d’Hippocrate qu’ils ont prêté, à obéir à leur devoir de médecins, d’assistants et de paramédical. Simplement en respectant ce mot d’ordre : « rester chez soi » !
 Les faux désinvoltes doivent savoir raison garder.
Par Fayçal Haffaf