mercredi , 11 décembre 2019

....:
Le dégel en attendant la paix

Les présidents américain et sud coréen, se rencontreront à partir d’aujourd’hui à Hanoï dans un sommet qui sera le deuxième après celui de juin dernier à Singapour. Une rencontre scrutée de prés par le monde entier, mais dont on n’attend pas grande chose. Il faut dire que c’est surtout une nouvelle symbolique du gel amorcé entre les deux pays depuis quelques mois.
Bien sur l’événement reste un fait majeur dans les relations internationales qui pèse et pèsera beaucoup dans cette région de l’Asie où plusieurs pays comme le Japon, la Chine mais aussi la Corée du Sud aspirent à voir les menaces qui pèsent sur leur sécurité depuis la moitié du siècle dernier disparaître.
D’un autre coté, ce dégel reste pour le moment le meilleur trophée du président américain sur la scène internationale, puisqu’il a réussi là où tous ses prédécesseurs se sont cassé les dents. Cette image d’homme de paix fait beaucoup de bien au locataire de la Maison Blanche, connu plus pour ses sorties intempestives et qualifiant souvent, y compris par ses proches, de « peu diplomatique ». Le président Kim Jong-un a aussi tout intérêt à fondre le blocus infligé à son pays et sait que ce genre de rencontres ne peut être que bénéfique pour son image et celle de son pays.
Donc et même s’il ne faut pas s’attendre à des résultats révolutionnaires, il n’en demeure pas moins que le seul fait de voir les deux leaders se rencontrer une deuxième fois est déjà un fait d’une grande importance dans les relations internationales. Dans un monde de plus en plus incertain où les grandes puissances se défient sur chaque dossier, ce duel « amical » casse cette crainte de voir tout déraper.
Trump et ses conseillers savent très bien qu’ils ont réussi un grand coup en persuadant la Créé du Nord à ne plus tester ses armes nucléaires, et il s’en est ouvertement réjoui avant de prendre son avion pour Hanoi. « Je serais heureux si la Corée du Nord continuait de s’abstenir de tester des armes comme elle le fait depuis environ un an et demi. Je ne suis pas pressé. Je ne veux presser personne». Je veux simplement qu’il n’y ait plus d’essais. Tant qu’il n’y a pas d’essais, nous sommes contents ».
Une manière comme une autre de dire que lors de ce sommet il ne faut pas s’attendre à voir se conclure un accord ferme sur l’élimination des armes nucléaires en Corée du Nord.

Par Abdelamdjid Blidi