samedi , 24 août 2019

...:
Le double miracle ou le chaos

Après la société civile qui donne des signes probants de maturité politique, la classe politique semble enfin avoir compris la nécessité de la concertation sérieuse pour sortir de la situation de crise que traverse le pays. Les deux initiatives, lancées par la société civile et la classe politique, devront, espérons-le, converger pour aboutir à un document consensuel. Ce dernier, pourrait être la base d’un dialogue serein, inclusif et transparent que l’ensemble des Algériens appellent de leurs vœux.
Pour l’heure, on ne peut pas dire que l’essentiel a été fait, puisqu’il faut bien reconnaître que l’on est au tout début d’un parcours. Les syndicats et le mouvement associatif ont certes, trouvé un précieux accord qu’ils soumettront le 15 juin prochain, dans le cadre d’une conférence nationale, censé lancer effectivement les jalons d’un dialogue global, comme le souhaite d’ailleurs le président de l’Etat. Mais cela ne constitue qu’une première étape, devant être suivie par deux autres au moins. Il s’agira, en effet, de soumettre la feuille de route de la société civile à l’examen des partis politiques. Ces derniers, du moins une partie d’entre eux, qui comptent organiser leur propre conférence nationale à la fin du mois en cours, sauront-ils apprécier les efforts des associations et consolider leur document, ou au contraire, lui tourneront-ils le dos, au risque d’aggraver la crise ? Il pourrait paraître injuste de se poser ce genre de questions, mais lorsqu’on voit les tergiversations des formations politiques, l’on se sent le droit de s’interroger sur leurs intentions véritables.
A supposé que la phase des partis soit un succès et que toute la représentation du peuple algérien s’accorde sur une seule feuille de route, il restera la délicate étape d’un dialogue avec les autorités du pays aux fins de déboucher sur une élection présidentielle dans les plus brefs délais et dans les meilleures conditions possibles. Il est tout à fait plausible que les Algériens parviennent à faire le saut qualitatif et historique qui est attendu d’eux. On peut parfaitement penser qu’un dialogue initié à la base par un groupe d’association, puisse sauver le pays. Ce sera un pas historique, une première mondiale pour ce genre de crise.
D’ailleurs, telle que se présente la situation dans le pays, il n’existe objectivement aucune autre issue à la crise, susceptible de garantir le maintien du caractère pacifique de la mobilisation populaire. De fait, l’Algérie entrera dans l’histoire comme le pays du «double miracle» de son indépendance et de sa démocratisation ou sombrera dans le chaos….

Par Nabil.G