mercredi , 24 juillet 2019
<span style='text-decoration: underline;'>L’organisation a tenu son Assemblée Générale samedi à Alger </span>:<br><span style='color:red;'>Le FCE entrevoit une représentativité soutenue dans les espaces de dialogue social</span>
© D.R

L’organisation a tenu son Assemblée Générale samedi à Alger :
Le FCE entrevoit une représentativité soutenue dans les espaces de dialogue social

La vice-présidente du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Nacéra Haddad a estimé que la conversion de son organisation au statut de Syndicat des chefs d’entreprises, devrait permettre aux chefs d’entreprises de renforcer leur force de proposition pour améliorer le sauvetage et l’accompagnement des unités économiques.

Lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale, Nacera Haddad, vice-présidente du Forum des chefs d’entreprises (FCE) a soulevé plusieurs points concernant la puissante organisation patronale en Algérie. Elle a, en effet,traité plusieurs questions à savoir, le passage du FCE d’une organisation à caractère économique à un syndicat des chefs d’entreprises, l’accompagnement et la formation des jeunes. Constitué d’environ 400 chefs d’entreprises, gérant un capital équivalent à environ 40 milliards de dollars et générant plus de 300.000 emplois, le Forum des chefs d’entreprises vient de passer au statut de Syndicat des chefs d’entreprises, une étape dont il espère qu’elle lui permettra d’avoir une représentativité dans les espaces de dialogue social.
Mme. Haddad indique ainsi que les travailleurs sont partie prenante de l’entreprise et plus celle-ci se développe, plus y est assuré l’emploi et la défense de l’outil de production. Plus explicite, elle dira que le nouveau FCE ne défend pas seulement les intérêts des chefs d’entreprises mais aussi, ceux des travailleurs qui font partie de ce tissu.
Le FCE, prévoit la vice-présidente d’Ali Haddad, envisage d’entamer des actions à l’image de la promotion du dialogue avec les organisations représentatives des travailleurs, et ce, dans l’objectif de «réussir le sauvetage de nos entreprises» dans une perspective de croissance durable. Toujours dans le droit social et des travailleurs, l’hôte de la Radio estime que les membres du FCE agissent comme des entrepreneurs citoyens dont les activités s’inscrivent dans la légalité, payant leurs impôts et déclarant leurs effectifs. Elle a tenu à nier l’exploitation des travailleurs. Par ailleurs Mme. Haddad indique que la reconduction, samedi, du président du FCE, désormais, permettra d’»entrer dans un mandat de consolidation de l’économie nationale, dans une perspective d’optimisation et de rentabilisation des investissements et des chantiers économiques jusque-là concrétisés.»
Mme Haddad juge, en outre, la décision du gouvernement de céder la gestion et l’investissement des zones industrielles au secteur privé comme un grand acquis, une revendication centrale du FCE dont elle signale ,au passage, que tout est en place « pour en faire une réalité. Elle confirme, ainsi, que lorsque le gouvernement envisagera à un moment d’ouvrir des secteurs d’activités relevant de ses prérogatives, à l’exemple de celui du transport aérien, des banques ou de l’électricité et du gaz, «nous seront preneurs au moment où il décidera de le faire».
Alger: Noreddine Oumessaoud