mardi , 2 juin 2020
<span style='text-decoration: underline;'>L’Algérie se prépare au port obligatoire du masque</span>:<br><span style='color:red;'>Le gouvernement met les bouchées doubles </span>

L’Algérie se prépare au port obligatoire du masque:
Le gouvernement met les bouchées doubles 

A Alger, Oran, Constantine et dans la totalité des wilayas du pays, des distributions gratuites de masques ont été initiées, impliquant toutes les composantes de l’administration et de la société civile. Cet extraordinaire élan de solidarité permettra aux Algériens de s’équiper de masques protecteurs durant une semaine au moins, le temps que l’ensemble des pharmacies soient approvisionnées.

Après sans doute des semaines de préparation, le gouvernement est passé à l’acte et décide de l’obligation du port du masque ou de la bavette dans l’espace public. Une décision que pas mal de citoyens avaient anticipé, alors que d’autres appréhendaient. Et pour cause, alors que pour bon nombre d’Algériens, cette protection est rendu indispensable, pour d’autres, par contre, la disponibilité de cet équipement est une sérieuse entrave à sa généralisation. Le gouvernement répond à cette question et annonce qu’une dizaine de millions de masques seront produits hebdomadairement, ce qui suffira à la consommation de toute la population, sans craindre une quelconque dérive inflationniste.
Le ministre délégué chargé de l’industrie pharmaceutique apporte un élément de réponse édifiant. Il a révélé, avant-hier, que des masques de protection contre la Covid-19 seront gratuitement distribués au profit de personnes vulnérables. «Un dispositif de distribution gratuite de millions de masques sera mis en branle à partir de ce week-end à travers le territoire national. Les walis ont été instruits à l’effet d’en assurer la distribution auprès des personnes les plus fragiles à travers les 48 wilayas du pays», a précisé M.Benbahmed lors de la conférence de presse quotidienne consacrée au bilan de la situation épidémiologique en Algérie. Le ministre délégué s’est même voulu plus convainquant en révélant qu’une réunion intersectorielle, regroupant 7 ministères, a validé «une politique commune en matière de production et de distribution de masques préventifs dont le port sur les lieux publics sera obligatoire à partir du 1er jour de l’Aid El Fitr». La gratuité ne vaut, bien entendu pas, pour tout le monde, puisque pour le reste de la population, «les prix varieront entre 40 DA/unité pour les masques dits alternatifs et 90 DA/unité pour ceux chirurgicaux».
La réactivité du gouvernement n’est pas le seul facteur qui appelle à l’optimisme, quant à la réussite de cette opération. Aux quatre coins du pays, des milliers d’associations se mobilisent pour fournir gratuitement des masques, apportant ainsi un appoint de taille aux efforts des pouvoirs publics. C’est ainsi que dans la wilaya de Tindouf, c’est tout un lot de 3.000 bavettes qui a été remis par des artisans bénévoles aux services de la santé de la wilaya de Tindouf, dans le cadre des efforts de lutte contre la propagation du nouveau coronavirus. On retient, à ce propos, que ce premier lot d’équipements de prévention, confectionnés au niveau des ateliers de couture de la wilaya, fait partie des efforts de solidarité menés en coordination avec la Chambre d’Artisanat et des métiers (CAM), de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) et de la Direction de l’industrie et des mines (DIM), a indiqué le vice-président de l’APW, Hamma Mohamed Lamine.
A Médéa, les services de Sûreté de la wilaya ont distribué 5.000 bavettes aux citoyens à travers l’ensemble de leur secteur de compétence et ce, en application du plan de prévention adopté par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), dans le cadre des dispositions et des mesures prises pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19), indique jeudi un communiqué de ce corps sécuritaire.
A Blida, près de 100.000 bavettes de protection médicale ont été remises jeudi par les autorités en plus d’une quantité de tissus pour la confection de bavettes en vue de leur distribution aux citoyens et ce, en application de la décision du port obligatoire du masque à partir de l’Aid El Fitr.
A Alger, Oran, Constantine et dans la totalité des wilayas du pays, des actions similaires ont été initiées, impliquant toues les composantes de l’administration et de la société civile. Cet extraordinaire élan de solidarité permettra aux Algériens de s’équiper de masques protecteurs durant une semaine au moins, le temps que l’ensemble des pharmacies soient approvisionnées. Toute la question est de savoir si le marché sera durablement fourni en masques pour que l’instruction du gouvernement soit appliquée et que les amendes prévues pour les contrevenants soient effectivement justifiées.
Yahia Bourit