vendredi , 20 septembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Ils se rencontrent sur face book et décident de partir ensemble</span>:<br><span style='color:red;'>Le jeune homme se retrouve devant la justice pour détournement de mineur</span>

Ils se rencontrent sur face book et décident de partir ensemble:
Le jeune homme se retrouve devant la justice pour détournement de mineur

De plus en plus de jeunes sont victimes de la mauvaise utilisation de comptes de réseaux sociaux. Soit ils se retrouvent au cœur de chantage par photos compromettantes, où alors c’est suite à des relations entre jeunes qu’ils commettent des faits irréparables pouvant les mener vers la prison.

Une affaire de ce genre où le mis en cause résidant dans une ville intérieure du pays, s’est retrouvé derrière les barreaux.
Il connaîtra une jeune fille sur face book, résidant à Oran plus exactement à Arzew. Cette dernière âgée d’à peine 14 ans, ne lui donnera pas son âge. D’un commun accord, ils décideront de se voir. C’est ainsi que ce prévenu fils d’enseignant arrive sur Arzew. Là il retrouvera sa dulcinée et passeront la journée ensemble, puis ils prendront la route vers la ville d’origine. Le jeune homme lui aussi âgé d’à peine la vingtaine. Ils se rendront alors au domicile du mis en cause où sa mère lorsqu’elle verra la jeune fille, se rendra compte qu’elle est jeune et demandera à son fils de contacter ses parents. Entre temps, une plainte est déposée par les parents de la jeune fille; expliquant qu’ils ont été contactés par un homme qui leur a imposés de lui remettre 200 millions de centimes pour revoir leur fille. Hier, à la barre de la cour d’appel, le mis en cause, comparaîtra pour répondre du grief de détournement de mineur. Il  ne niera pas avoir emmené cette jeune fille avec lui, mais il affirmera qu’il ignorait qu’elle était mineure.
Quant à la rançon demandée, il dira en pleine audience, que c’est la victime qui lui a suggéré de le faire. Elle m’avait expliqué qu’elle ne supportait plus la vie chez elle. Le procureur requit le maintien de la première ordonnance, le mis en cause avait été condamné par le tribunal à deux ans de prison ferme.
La défense plaidera les circonstances atténuantes disant que l’accusé lui-même est encore jeune, et qu’il n’avait aucune mauvaise intention. Il n’a pas emmené la jeune fille vers un endroit inconnu, bien au contraire il l’a emmenée au sein de sa propre famille.
F.Abdelkrim