dimanche , 16 juin 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Vive tension à Ain Témouchent</span>:<br><span style='color:red;'>Le jeune Kheir Eddine est décédé après s’être immolé</span>
U© Illustration

Vive tension à Ain Témouchent:
Le jeune Kheir Eddine est décédé après s’être immolé

Après s’être immolé en début de matinée en cette journée du 11 juin au niveau du populeux hai Akkid Othmane (Medina Jdida), suite à un différent avec les services de police en relation avec sa profession de commerçant.

Selon les informations qui ont circulé, c’est pour une question d’une balance qu’il utilisait pour son job et qui saisie par les services de police, que le drame est survenu quand le jeune Kheir Eddine s’est saisi d’un jerrican d’essence à bord de son véhicule pour commettre l’irréparable en s’aspergeant du liquide et mettre le feu. Un feu qui dura plusieurs minutes devant des yeux médusés pour ensuite voir une intervention qui le transportera aux urgences pour un constat de brûlures au 3ème degré qui de facto, le feront évacuer vers la ville d’Oran au niveau des services des grands brûlés de l’hôpital.
Dans l’après-midi de cette même journée d’hier (11/06), madame le wali de la wilaya, Ouinez Labiba a effectué un déplacement vers la ville d’Oran afin de rendre visite à Kheir Eddine et s’enquérir de son état de santé tout en invitant le personnel médical à prendre soin du malade et faire tout le nécessaire en matière de soins intensifs.
Et ce qui devait arriver arriva avec l’annonce et presque attendue de la triste nouvelle de son décès en cette matinée de ce mercredi 12 juin. Une nouvelle qui a mis en émoi toute la ville de Témouchent en général et son quartier de Medina Jdida en particulier. Un quartier où règne et continue à régner, une vive tension entre les jeunes du quartier et les services sécuritaires après la mort de Kheir Eddine âgé de 24 ans des suites de la gravité de ses blessures. Pour l’heure, tout le monde est sur le qui-vive avec d’un côté une population qui exige que justice soit faite et de l’autre côté, un service de sécurité qui ne veut pas tomber dans la provocation d’esprits surchauffés.
En attendant que toute la lumière puisse être levée sur cette affaire, le souhait de l’apaisement reste l’unique voie de la sagesse même si tout le monde regrette ce qui s’est produit avec la perte d’un jeune Algérien dans de telles circonstances qui seront certainement élucidées dans les jours à venir.