jeudi , 14 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Salah Goudjil à partir de Paris :</span>:<br><span style='color:red;'>«Le mouvement populaire en Algérie ouvrira la voie à une véritable démocratie»</span>

Salah Goudjil à partir de Paris ::
«Le mouvement populaire en Algérie ouvrira la voie à une véritable démocratie»

Le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, a loué à Paris, le pacifisme et le civisme ayant caractérisé le mouvement populaire que connait l’Algérie depuis bientôt cinq mois, affirmant que celui-ci répond aux aspirations du peuple et ouvrira la voie à «une véritable démocratie».

Intervenant hier à l’occasion de la tenue de la XXe réunion de l’Association des Sénats d’Europe, tenue en France, à laquelle l’Algérie a été invitée avec d’autres pays africains, M. Goudjil a étalé les aspirations du peuple algérien qui manifeste depuis le 22 février dernier. Ce mouvement, affirme-t-il, ouvrira la voie à une «véritable démocratie» qui conduira «inévitablement» à l’indépendance croissante de la décision politique nationale.
Il a ainsi insisté sur l’aspect pacifique et civilisé des manifestations menées par des Algériennes et Algériens, qui selon lui, témoigne de la vitalité du peuple algérien dans son interaction avec les questions d’intérêt public.
M. Goudjil a ajouté dans ce sillage que ce mouvement ouvrira la voie à une véritable démocratie, consolidée et approfondie où tout le monde devra y contribuer, ce qui conduira inévitablement à l’indépendance croissante de la décision politique nationale.
Le responsable a indiqué que le peuple à travers ce mouvement a démontré son «souci de protéger son pays et son désir de faire progresser le pays vers un avenir démocratique, prometteur et prospère». Il a rappelé la nécessité de dialogue, soulignée par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, lors de son dernier discours à la nation, faisant savoir que cette option «reste la voie la plus appropriée, pour réaliser les aspirations du peuple algérien. Évoquant les questions internationales et le devoir d’instaurer la paix dans le monde, le président du Conseil de la nation par intérim a relevé que le monde d’aujourd’hui a «désespérément» besoin, de promouvoir les valeurs de paix et de dialogue, «afin de faire face aux défis et menaces actuels et de régler les conflits existants par des moyens pacifiques», estimant que l’Afrique doit approfondir sa pratique démocratique.
Dans le même contexte, le continent africain doit approfondir sa pratique démocratique, avec la nécessité de consolider l’indépendance de la décision politique qui devrait se généraliser dans la pratique politique en Afrique.
Par ailleurs, M. Goudjil a souligné l’impérative nécessité pour l’Afrique d’éliminer ses dernières poches de colonialisme, en permettant à ses peuples d’exercer leur droit à l’autodétermination comme le requiert la légalité internationale.
Il a ainsi plaidé à garantir aux peuples africains la sécurité et à soutenir la paix et la stabilité, réaliser la prospérité, promouvoir le développement économique, social et technologique.

Les relations afro-européennes ont besoin d’une poussée «réelle»

Dans le chapitre lié aux relations entre les pays européens et africains, M. Goudjil a plaidé pour une poussée réelle plus efficace, concernant notamment les formes d’intégration et d’interaction entre les organismes continentaux et régionaux. Il affirmé que l’Afrique, sous la conduite de l’Union africaine, est engagée aujourd’hui dans une vaste entreprise de réhabilitation globale politique et économique pour «faire de ce dernier un acteur majeur et incontournable dans les relations internationales», ajoutant que depuis la création de l’UA en 2000, l’Afrique est «pleinement» investie dans les tâches essentielles d’édification et de modernisation de l’Etat afin de «renforcer le statut de la notion d’Etat, pérenniser sa stabilité, assurer la sécurité de sa population».
Il a rappelé par ailleurs que l’Afrique est confrontée à des crises et conflits, ce que rend cette tâche plus compliquée.
Il a cité des défis comme le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et l’extrémisme violent, les mouvements migratoires et les problèmes environnementaux auxquels l’Afrique est confrontée, évoquant la décennie noire ayant touchée l’Algérie.
M. Goudjil a rappelé que notre pays a «souffert des années durant, du fléau du terrorisme, qu’elle a pu vaincre par ses propres moyens, tout en adoptant une stratégie globale fondée non seulement sur des solutions sécuritaires, mais également sur une approche intégrée, combinant des solutions politiques et économiques et des réformes globales consacrées dans la Charte pour la paix et la réconciliation nationale».
Par ailleurs, le président du Conseil de la nation par intérim, a détaillé longuement la question du développement qui constitue «toujours» pour les pays africains, «un véritable dilemme qui doit faire l’objet d’une analyse approfondie et permanente, ce qui en fait une de ses priorités essentielles», faisant observer que le dialogue Euro-africain escompté, est celui qui «établit comme priorité le développement des ressources humaines et rend disponible les investissements qui garantissent la croissance, la paix et la sécurité du continent».
Il a appelé à la multiplication des efforts entre l’Afrique et l’Union européenne, insistant sur le fait que l’Algérie «a toujours tenu à plaider en faveur d’un partenariat fondé sur les principes de l’équilibre et de l’égalité avec les partenaires extérieurs au continent».
«Mon pays a également tenu à renforcer sa contribution au développement d’un continent africain pacifique et sécurisé pour pouvoir s’attaquer, par la suite, aux problèmes de développement et autres défis», a-t-il ajouté.
Il a indiqué que l’Algérie considère que la question du développement doit être envisagée dans le cadre d’une approche globale et inclusive, impliquant fondamentalement le développement économique et social ainsi que la promotion et l’émancipation de l’être humain, qui doit être la base et la finalité de tout processus de développement.
Synthèse: Samir Hamiche